Il y a des jours où on tombe sur un synopsis qu’on lit et qui nous fait dire « mais *** c’est quoi le rapport entre un jardiner, une standardiste nymphomane, un mec qui a perdu son chien, un autre qui fait parti des joggeurs anonymes et le méchant de prison break avec une queue de rat?? ». Puis votre esprit perturbé vous oblige à regarder la bande annonce, et là c’est encre plus floue, mais vous aimez (parce que quelque part vous avez aimé Rubber).

7:60??
Cette fois Quentin Dupieux (Mr Oizo, la marionnette de Levis qui fume des saucisse de Strasbourg) est devenu grand, très grand! Depuis son premier jet « Nonfilm » tourné avec quelques copains comme Kavinsky, Dupieux a su maîtrisé sa passion du cinéma, construire un scénario complètement déluré et plein de non sens, un univers où tout peut se rencontrer et où les gens trouve ça normale, parce qu’on est dans un film finalement, pourquoi rester dans notre univers à nous!
Wrong c’est l’histoire improbable de Dolph qui perd son chien Paul.
Dolph (Jack Plotnik) est un petit moustachu qui subit un peu son entourage, a perdu son boulot mais continue d’y aller parce qu’après tout, on peut plus le virer. Et tout ça a un rapport avec Master Chang, un milliardaire bien tordu!

wrong

Les acteurs jouent admirablement bien, et grande claque quand on se rend compte qu’Eric Judor joue mieux en anglais que dans la langue de Molière!
J’ai tenté de vous expliqué l’inexplicable, et si vous êtes arrivé à la fin, foncez voir ce film, une merveille, et ensuite faites comme moi : soyez dans l’attente de « Wrong cops » où il y aura même Marilyn Manson!

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire