L’an passé, ils sont passés tout près de la montée en nationale 1. Mais tout n’a pas été toujours tout rose durant la saison pour les volleyeurs fréjusiens.
A la rentrée 2013, ce n’est plus Philippe Jungling qui dirige le groupe mais Loïc Geiler, joueur du collectif qui passe de l’autre côté tout en restant actif sur le terrain. Assisté de Ludovic Tatinclaux, déjà au club, le nouveau duo à la tête de la nationale 2 comptait bien repartir de zéro. Avec un objectif clair : monter en Nationale 1. Et ce, avec l’arrivée de trois joueurs (recrutés à l’époque par Philippe Jungling). Le passeur Lucas Bucaioni (Italie), le central Dusan Pribanovic (Serbie) et enfin un autre central Aurélien Jean De Dieu.
Presque un sans faute
A ce stade de la saison, on peut dire que tout semble bien parti pour que le but final se concrétise. Après 14 journées, les Amsélistes occupent la première place, sans aucune hésitation possible. Un seul revers pour l’instant contre Avignon 3 sets à 2. Mais à part ce petit faux pas, les Fréjusiens ont gagné toutes leurs rencontres 3 sets 0, en ne laissant aucun espoir à leurs adversaires. Désormais, ils comptent 7 points d’avance sur leur dauphin, l’ASS SP Illacaise.
Un groupe soudé
Au delà des résultats sportifs plus que satisfaisants, le groupe a su trouver la bonne alchimie pour avancer ensemble dans la bonne direction. Le mot d’ordre : se faire plaisir. Des jeune aidés par les plus expérimentés aux entraînements, bref une machine bien huilée. Chacun a su trouver sa place. Même quand les hommes de Geiler se trouvaient en difficulté sur certains sets, ils ont su rester patients et concentrés. Un jeu intelligent qui paye plutôt bien ! On voit mal comment les Fréjusiens pourraient louper l’accession en nationale 1. Même si on le sait tous, dans le sport, rien n’est acquis. Prochain rendez-vous ce dimanche 23 mars, à l’extérieur contre le 3ème, Toulouse.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire