BENIGHTED
CARNIVORE SUBLIME
2014
Season of Mist

Parfois, il faut songer à se détendre. Et parfois non. Manifestement les gars de Benighted ont choisi la deuxième option. Après avoir tout éclaté en dix avec leur précédent méfait “Asylum Cave”, les Lyonnais reviennent avec un album encore plus violent, encore plus sauvage, encore plus extrême.

Ce qui est complètement fou avec Benighted, c’est que là où les autres groupes de death-grind foncent tête baissée vers la brutalité la plus extrême possible jusqu’à taper dans un mur, Benighted continue sa course frénétique depuis plus de quinze ans sans jamais faiblir. Et ce qui est encore plus dingue, c’est que non seulement les albums sont de plus en plus cinglés, mais ils sont aussi de mieux en mieux composés, et de plus en plus cohérents.

La principale évolution enre ce “Carnivore Sublime” et son prédecesseur se situe surtout au niveau du son, qui a gagné encore en puissance : chaque coup de caisse claire (environ un million par titre) sonne comme un coup de boule en plein dans le pif, chaque riff de guitare râcle la soupière de l’auditeur, chaque hurlement de Julien résonne comme un cri d’ours en pleine crise de haine hystérique. Ajoutez à ça des compos encore plus rapides qu’avant (on frise sérieusement le record du monde), des arrangements tout aussi malsains que sur “Asylum Cave” (d’ailleurs, lequel des mecs de Benighted fait chanter ses gosses ?), ça avoine dans tous les coins. Et si vous avez quelques euros de plus, la version double cd avec les bonus live et quelques covers va vous terrasser.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire