QUEEN
Hot Space
1982
EMI – Hollywood Records

Il y a eu le 10 mai 1981, il y a aussi eu le 21 mai 1982. C’est en ce funeste jour que l’un des plus grands groupes de l’histoire du rock a mis sur le marché un concept musical hasardeux : un album de disco matiné vaguement de rock un peu glam. Autant vous le dire tout de suite, cet album ne leur ressemble pas, d’ailleurs il ne ressemble à rien.

Le problème de ce «Hot Space», c’est que rien ne fonctionne. Tout ce qui fait la légende de Queen est ici mis dans un placard au fond d’une cave inondée. Freddie Mercury n’envoie aucune ligne de chant mythique (qui se souvient du refrain minable de «Calling all girls ?»… y en a t’il un, seulement ?), et tout le début du disque sent le renfermé, un peu la même odeur rance qu’on peut humer en faisant le ménage dans les toilettes des boîtes de nuit. Comble de l’hérésie pour un groupe avec une carrière pareille, l’album succède à un autre ouvrage mitigé, la B.O. de « Flash Gordon », sorte de semi-nanar en collants qui correspond plutôt bien à l’esthétique de sa bande-son. Heureusement la suite sera beaucoup plus réussie et ambitieuse avec «The Works» sorti un an plus tard. Et puis la pochette pique les yeux, non ? Il reste «Under Pressure» avec Bowie, pour se consoler.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire