Et ouais ! Parce que ça faisait six ans que le maire de Roquebrune-sur-Argens Luc Jousse présidait un conseil municipal où tout le monde disait « amen » sans se poser trop de questions. Pourquoi ? Parce que son opposant de l’époque Jean-Pierre Serra (candidat défait en 2008) avait quitté le conseil municipal avec tous ses co-listiers.

Ce matin le maire reprenait officiellement ses fonctions de premier administré après sa courte victoire dimanche dernier (162 voix de mieux que son principal opposant Jean Cayron, sur plus de 11 000 votants). Et comme souvent quand il se passe quelque chose de crucial sur le plan politique à Roquebrune, la population aime être aux premières loges. Donc ce matin, la salle du conseil de la mairie d’honneur était pleine, et le hall fourmillait de figures locales : employés municipaux bien sûr, mais aussi d’autres curieux venus s’enquérir des noms qu’ils vont devoir connaître quand ils auront quelque chose à demander à la mairie. Parce que la véritable info du jour, en dehors du retour de l’opposition autour de la table, c’est le grand changement au sein de l’équipe des adjoints. Luc Jousse a voulu « plus de trentenaires et plus de quadras » pour mieux répondre aux attentes de la population. Pour l’instant les délégations ne sont pas encore attribuées, mais c’est prévu pour le début de la semaine.

Opposition ferme et collaboration…présumée difficile

L’autre info, donc, c’est le retour de l’opposition dans le conseil municipal. Quand on lui pose la question, Luc Jousse affirme que c’est « difficile de gouverner sans opposition », et il « espère que ce sera une opposition constructive »…En tous cas de la part de Francesco Lio, parce qu’en ce qui concerne Jean Cayron, médaille d’argent du second tour,  ça va être une autre paire de manches. En effet, Jean Cayron n’est pas venu siéger au conseil pour valider les décisions du maire les yeux fermés, c’est à peu de choses près ce qu’il a fait comprendre à l’auditoire dans son discours de clôture, qui disait en gros « nous serons là pour contrôler ce que vous faites ».

En tous cas, la situation quelque peu ubuesque que connaissait Roquebrune depuis cette fameuse élection de 2008 n’est plus. Sur les 33 sièges du conseil, la liste Jousse en occupe 24, celle de Jean Cayron en a glané 7, Joël Pasquette (Front National) et Francesco Lio (Divers Droite) en occupent un chacun après leur qualification pour le second tour.

La rentrée de la CAVEM à peine plus tranquille

Lundi le maire de Roquebrune retrouvera également son siège de membre de la Communauté d’Agglomération Var Estérel Méditerranée. Luc Jousse a l’intention de demander les mêmes délégations que celles dont il était déjà en charge en tant que vice-président, à savoir l’eau et l’assainissement. Et il a déjà annoncé son intention de s’opposer à ce que Fréjus prenne en charge la gestion des gens du voyage. En attendant un conseil communautaire inaugural qui s’annonce compliqué lundi matin (le bureau de la CAVEM pourrait être bouleversé avec le changement qui s’est opéré à Fréjus à savoir  l’élection du nouveau maire David Rachline), Luc Jousse retrouve un siège qu’il connaît bien. Par contre il va devoir composer avec une donnée nouvelle : des opposants qui représentent un grand nombre d’électeurs, et qui n’ont pas l’intention de verser dans la contemplation.

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire