Ce weekend le sport next-gen était en ébullition entre Puget et la Bouverie. Le paintball, ça vous dit quelque chose ? La légende des Rambos du dimanche en treillis et perdus en forêt à la poursuite d’une horde de geeks, c’est fini. Le paintball est devenu un sport encadré, réglementé, et pratiqué par des types plus rapides, plus souples, et plus endurants que l’utilisateur moyen de World of Warcraft. Et comme le Millenium est une structure qui fait bien les choses, leurs championnats d’Europe ont accueilli 2000 joueurs dans 160 équipes pendant trois jours. Parmi tous ces dingues en armure et masqués comme Kick-Ass, il y en a un qui les domine tous depuis des années : Oliver Lang. Américain, numéro 1 mondial, tu peux pas test. Mais après avoir remporté le tournoi individuel sous un cagnard pas possible pour un mois d’avril, il a bien voulu répondre à quelques questions.

Oliver lang, tu es le meilleur joueur du monde, champion du monde en titre, et tu viens de gagner le tournoi one-on-one contre 31 autres adversaires. Du coup c’est normal, non ?

Oh tu sais le un contre un c’est une discipline assez piégeuse. C’est pas comme le jeu collectif, surtout au niveau du coaching. Je préfère le one-on-one sans coach, où je peux utiliser encore plus mon esprit. Le but c’est de ne pas trop pousser ses limites, pour ne commettre aucune erreur.

Surtout que c’est très intense, parce que tu joues, trois manches de trois minutes, tu quittes le terrain le temps d’un autre match mais tu y reviens très vite, et ça ne s’arrête jamais.

Et c’est d’autant plus dur que c’est à élimination directe. J’aurais pu perdre au premier tour et c’était réglé.

Et durant tout le weekend, tu as en plus épaulé une équipe russe, les Polar Bears…

Oui, parce que peu d’équipes américaines ont les fonds pour venir jusqu’ici. On l’a déjà fait mais c’est vraiment très cher. Donc quand je peux, comme d’autres joueurs bien classés, je file un coup de main à d’autres équipes, je partage mon expérience et je les aide à progresser. C’est pas la même implication qu’avec nos vraies équipes, mais c’est super de collaborer avec des gens nouveaux et de leur apprendre quelques trucs. Et de promouvoir la discipline du paintball.

Oui parce qu’en plus, tu donnes quelques clinics (cours collectifs, NDLR)

Oui on en donne beaucoup, parce que dans le paintball pro c’est très compliqué de générer de l’argent. Un des moyens, c’est d’enseigner. On a aussi des sponsors qui nous aident à financer notre activité, ils aident aussi les équipes à qui nous venons prêter main forte.

Et après ce weekend en France, qu’est ce qui t’attend ?

Oh là je venais à peine de terminer une série de longs voyages. Donc je vais rentrer chez moi et prendre un peu de temps pour moi. Et après je vais consacrer pas mal de temps à voyager, mais voyager pour le plaisir, aller où j’ai envie d’aller. Sans paintball. Ou en tous cas, si je fais un clinic ou si je participe à une manifestation comme aujourd’hui, c’est pas exclu que je prenne un autre avion pour l’Egypte ou l’Islande. En passant !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire