2014 | Universal Music Division Maison Barclay

Est-ce que Katerine c’est de la vraie musique ?

Ce mois-ci, Philippe Katerine sort son 10ème album studio, et à la rédac’ on estime qu’il est quand même temps de se poser la question. En 2011, il traînait ses guêtres roses avec Francis et ses Peintres, groupe avec lequel il a mis sur pieds un cours d’histoire de la musique, et c’était plutôt pas mal (mention spéciale pour « ça m’énerve » qu’on écoute sans arrêt au bureau). En 2010, l’artiste – parce que ça on en est sûr – sortait un album éponyme où se mélangeaient des compositions entêtantes et de courtes phrases rythmées (appelons ça comme ça). Finalement c’est ça, Katerine : un mec qui a le sens de la musicalité. Le son de la fermeture de windows XP, nous ça nous obsède, on s’en souvient malgré notre surmoi. ben lui, il en fait une chanson. Mieux encore, il se débrouille pour que l’auditeur retienne toute la journée la phrase « j’aime tes fesses » et ça, on est d’accord c’est « not safe for work » !

Du coup, qu’on aime ou pas, depuis « Louxor j’adore », Philippe Katerine incarne avec drôlerie une forme de bizarrerie, devenue trop rare dans l’univers musical français, et à la rédaction on est plutôt ok avec l’idée.

Des flics, un peignoir, et même Arielle Dombasle…

Pour son dernier album intitulé « Magnum », Katerine a fait très fort. Tout d’abord il a fait appel à SebastiAn pour la production, et ça se sent. Musicalement, l’album est bien plus élaboré, les sons plus électro, grâce à la patte SebastiAn bel et bien présente. Concernant les paroles, je vous invite à écouter attentivement « Amiami » ou encore « Efféminé » et vous vous rendrez compte que Katerine est toujours aussi fêlé ! Mais après tout c’est ce qu’on aime.

Enfin, le 12 Avril est sorti un film diffusé sur Canal + . Et oui, car dans son trip ultime, Katerine s’est aussi fendu d’un film intitulé « Magnum » pour coller des images sur le son. Pourquoi ? Parce que la sortie de l’album a pris du retard, personne ne sait pourquoi… Et l’idée de départ du film, c’est la pochette de l’album, Katerine en peignoir en train de jouer du saxophone sur une île déserte. N’espérez pas découvrir l’explication ici, puisque même le principal intéressé est incapable d’en donner une. En tout cas, son entourage le soutient, et donc on retrouve dans le film Arielle Dombasle, Julie Depardieu évidemment, mais aussi un poussin géant, de la ganja, des policiers…. C’est bizarre ? Non, c’est Katerine.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire