Et nous à Fréjus, on a les journées américaines ! Deux jours de festivités faites de folklore importé tout droit des States, avec hamburgers « pas vegans », bannières étoilées, gros cubes customs et bagnoles trop larges pour nos départementales. C’est tout le weekend à la Base Nature, c’est blindé de monde même avec un temps mi-figue mi-raisin, et si vous avez envie de toucher du doigt, littéralement, ce que les USA nous ont apporté de plus extravagant, et bien vous connaissez maintenant le lieu et l’heure.

IMG_0454

Des exposants, de la danse en ligne et de la bière.

Pour tout vous dire, les Journées Américaines sont séparées en deux pôles bien distincts. Le premier se trouve à l’intérieur de l’espace Caquot, le grand hangar de la Base. En cohabitation pacifique avec l’animation DinoTerra, les fous d’Amérique ont investi les lieux avec tout le barnum nécessaire pour que les visiteurs aient un instant l’impression de faire un tour dans les quartiers commerçants de Dallas. On peut s’y payer un accoutrement complet de cow-boy en même pas dix minutes, Stetson, ‘tiags en cuir d’autruche et veste à frange compris. Pour mettre tout le
monde à l’aise, l’organisation a eu la lumineuse idée de meubler tout le milieu de l’espace avec d’immenses tables communes, où tout le monde vient s’asseoir pour regarder les démos de Line Dance (cette discipline de danse country où tout le monde se met en carré et exécute la même choré, idéal pour les célibataires puisque ça se danse 90% du temps sans partenaire attitré). On peut aussi y siroter tranquillement une bière, ou dévorer un bon gros bout de viande, pris ou non en sandwich dans du pain au sésame, dans la plus pure tradition yankee. Bref, il y a largement de quoi se mettre bien.

IMG_0450

Des chevaux nains, des caisses qui en jettent et une bonne cause

L’association qui se cache derrière l’organisation de cet événement est celle de Mr Pastor, Roger de son prénom, président de l’association Chevaux Pour Tous dont le but est de favoriser l’accès à l’équitation pour les personnes en situation de handicap. Et pour glaner quelques fonds afin de financer les équipements nécessaires, rien de tel qu’un événement sympa où les chevaux sont rois. Le parking situé derrière le hangar ressemblerait presque à un haras, il y a des canassons partout : des grands, des petits, des blancs, des crèmes, des noirs, et même des poneys Shetland, à peine plus grands qu’un dogue allemand, et encore faut voir. Dans un espace aménagé pour l’occasion, des spécialistes exécutent quelques démonstrations d’équitation. Les chevaux sont dans leur élément, au milieu de la foule, les gamins les touchent sans avoir l’air de les déranger. Sur le même parking on croise quelques bagnoles typiques de l’outrance ricaine : des vieilles Chevrolet, une Camaro, et au milieu de quelques autres, une superbe Shelby qui doit arracher le bitume à chaque démarrage vue la largeur des roues. On trouve aussi quelques véhicules typiques de la culture américaine, une dépanneuse « plus grosse tu meurs », une voiture de Shérif qui semble sortie d’un épisode de « Hooker », et deux énormes trucks customs. Pour être complet, il ne manquait plus que quelques grosses Harleys, mais les orgas ont de la ressource et leurs copains bikers ont répondu à l’appel.

Si comme beaucoup vous aimez la Base Nature le dimanche, faites un détour par l’espace Caquot, ces Journées Américaines vous permettront de croiser des objets que votre culture replacera aisément dans leur contexte : vous les avez déjà vus au ciné, à la télé ou dans les magazines, ils sont devant vous alors allez jeter un oeil. Pour tous les rêveurs amateurs de grands espaces et de grosses cylindrées, c’est l’occasion de passer un moment dans leur élément. Et si vous assistez au bal de ce samedi soir, où vous pouvez vous restaurer, sachez que les bénéfices serviront une bonne cause. Pourvu qu’il fasse beau demain, par contre. Sinon, même les lamas vont se rentrer.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire