Vous en avez l’habitude, notre région est très friande de salons en tous genres, où viennent se masser des exposants venus vendre des trucs en pagaille. En général, ça se passe en intérieur, souvent au Palais des Congrès de St-Raphaël, où toute l’année défilent les pâtés, les grands crus, les robes de mariées, et même les concepts de communication numérique. Mais pour vendre des piscines, des spas, des abris de jardin ou des blocs moteurs planqués sous des faux rochers, il fallait quelque chose de plus grand. Direction donc la Pinède des Aubrèdes à Puget, pour le premier salon piscine et jardin, un gigantesque barnum réunissant 110 exposants pendant quatre jours, depuis vendredi et jusqu’à lundi soir. Quatre jours dédiés à l’extérieur de la maison, où viennent défiler les propriétaires à la recherche d’une idée de génie.

IMG_0528

Innovations technologiques, parking sauvage et mini-golf amovible

Ne nous voilons pas la face, certains d’entre nous ne sont absolument pas concernés par ce type de manifestation. Si vous vivez dans un appartement, l’éventualité de poser un jacuzzi sur le balcon au 4e étage est assez faible. Mais la curiosité ne s’arrête pas sur le pas de sa propre porte, aussi l’intérêt principal de ce genre de salons, c’est la découverte. Le rôle des exposants : prouver que 2014, c’est le futur dans le présent. C’est d’ailleurs ce que nous précise Frank, le grand ordonnateur du salon, affairé à organiser le parking sauvage où les premiers visiteurs ont eu un peu trop tendance à improviser : « les gens viennent ici pour découvrir les innovations technologiques, trouver de nouvelles idées pour aménager leurs extérieurs. Les professionnels les conseillent, peuvent leur montrer certains produits, surtout ici dans un grand espace comme celui-là. Et puis ce genre de salons, c’est l’occasion de conclure de belles affaires ». Effectivement, ça discute sévère sous les tonnelles blanches. Chacun y va de son histoire personnelle, une piscine à débordement compliquée à installer sur un terrain en pente, un abri de jardin circulaire plus pratique, une pelouse artificielle pour cacher un sol où rien ne pousse. Chaque problème ou presque trouve une solution : ici on peut vous vendre un mini-golf facile à déplacer, un énorme bloc-moteur planqué sous un gros caillou creux en plastique (pas besoin de local, c’est merveilleux), et même un abri de piscine monté sur rail, facile à déployer/ranger tout seul, comme l’explique Yann sur le stand Sesame Cover : « c’est nous qui avons inventé ça il y a plus de vingt ans. On a même développé le concept sur des abris de spas, circulaires, qu’on peut ouvrir en deux endroits, et qu’on peut même faire pivoter. D’ailleurs, on nous a même dit « puisque vous pouvez abriter une piscine, vous devez pouvoir abriter une terrasse avec le même concept. » On a eu besoin d’un peu de temps, il a fallu déposer pas mal de brevets, mais on y est arrivés. Il y a encore de la place pour les innovations technologiques ». 

IMG_0526

Des rencontres, un kakemono foireux et un hélicoptère

Ces salons sont aussi l’occasion pour les exposants de côtoyer, rencontrer les professionnels de leur secteur. Ils finissent par se connaître, et conclure des partenariats. C’est même l’un des « buts » de la manoeuvre, comme l’explique Yann. En arpentant les allées, entre les grands classiques spas, parpaings de synthèse à rétention de chaleur et autres moteurs de piscine toujours plus petits et plus puissants, un stand attire particulièrement l’attention : celui de Mathieu, aux prises avec un kakemono récalcitrant qu’il essaie de monter à l’envers : « les salons, normalement, c’est pas moi qui les fais » se justifie-t-il, « moi je m’occupe de l’installation du matériel, normalement, maintenant je sais pourquoi ». Ce que qu’il installe, ce sont des piscines construites en matériau de synthèse, avec des formes assez incroyables. Freedom est une marque espagnole, qui propose des installations étonnantes, et qui a osé sortir trois modèles vraiment originaux, surtout un grand bac noir qui attire l’oeil immédiatement : « celle-ci fait moins de 10m² », explique Mathieu, « on peut même l’installer dans une commune où les piscines sont interdites, sans être hors-la-loi ». Sa plus grande fierté ? Une installation rocambolesque en hélicoptère, sur un terrain difficile d’accès : « personne ne voulait le faire, trop compliqué. J’ai demandé à une compagnie de location d’hélicoptères si c’était faisable, on m’a dit que jusqu’à 900 kilos il n’y avait pas de problèmes. C’était le poids du bac, alors on l’a fait. » Et si vous ne le croyez pas, il a les photos.

IMG_0530

Le salon piscine et jardin, c’est jusqu’à demain soir à la Pinède des Aubrèdes, c’est gratuit, et si vous avez un budget, une idée, mais un peu de mal à la matérialiser, les pros du secteur vont certainement éclairer votre lanterne (ou réverbère, lumière au sol, projecteur photosensible, vous verrez bien).

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire