IMG_0594

Certains élus sont ce qu’on appelle dans le jargon de « bons clients ». Soit parce qu’ils ont le verbe haut, soit parce qu’ils sont éminemment sympathiques. Guillaume Decard, adjoint à la culture de Saint-Raphaël et nouveau président d’Aggloscènes, fait partie de ces élus courtois, réfléchis, et passionnés par leur boulot. Alors quand il s’agit de causer théâtre, musique et volonté politique dans le même entretien, rien de tel qu’une entrevue avec une force vive du paysage politique local, qui n’a pas pris la présidence du Forum pour récolter les lauriers de ses prédécesseurs. A priori, ça va bosser grave !

=======================================================================

Guillaume, comment êtes vous devenu le président d’Aggloscènes  ?

Le Forum est un bâtiment Intercommunal, et lors d’un conseil de la Cavem 9 élus ont été désignés pour siéger au conseil d’administration d’Aggloscènes, et j’en ai pris la présidence

Vous êtes réputé pour être un adjoint à la culture très dynamique et vraiment investi dans ce domaine-là. Qu’est ce que vous allez changer dans le fonctionnement d’Aggloscènes ?

On a revu avec le conseil d’administration quelques détails dans le fonctionnement du forum, on a apporté quelques modifications à son statut. Il y a 9 élus qui siègent au conseil, 3 de Saint-Raphaël, 3 de Fréjus, un de Roquebrune, un de Puget et un des Adrets. Avec eux nous allons travailler sur un cahier des charges, et les impliquer dans sa conception. On va travailler tous ensembles, pendant trois ans, sur l’offre culturelle que nous souhaitons voir au théâtre le Forum. De la musique, de l’humour, du spectacle jeune public, de l’opéra ? On va s’occuper de ça, réfléchir là-dessus sur trois ans et faire une proposition. Ce sera plus collectif qu’avant.

D’ailleurs elle vous vient d’où, cette passion pour la culture ? Parce que vous n’êtes pas de ces élus qui ne sortent jamais de leur bureau…

C’est ma nature, mon tempérament. Quand on me donne des responsabilités, je m’investis et je m’intéresse au dossier. J’aime participer, j’aime bien impliquer l’équipe, parce que l’offre culturelle se construit autour d’une équipe, et pas autour d’un élu. Il y a une volonté politique au départ, mais c’est un travail collectif. Et franchement, il n’y a pour moi aucune contrainte, c’est toujours un plaisir de vivre à fond ces événements.

Hier soir c’était la soirée de présentation de la saison 2014-2015. La salle était comble, c’est une surprise pour vous ?

J’étais surtout très content de voir que les abonnés, que le public a répondu très favorablement à notre invitation. Ca montre l’intérêt de notre population, qui a envie de suivre l’offre culturelle Aggloscènes, et de découvrir les spectacles que nous leur proposons pour la prochaine saison.

IMG_0567

Depuis l’ouverture du forum, la programmation essaie d’être éclectique, et prend pas mal de risques avec des spectacles parfois très particuliers. Vous allez continuer à donner un espace à ces créations-là ?

Oui, parce que on doit prendre des risques. Il faut faire confiance à des compagnies de notre territoire, il faut également faire conffiance à des compagnies que l’on connaît depuis des années. Cette année on accueille 12 créations dans la programmation. Avant tout, on fait confiance aux compagnies.

Le théâtre a la réputation d’être un art très parisien. Cette année la liste des grands noms qui fouleront les scènes de l’agglo s’est considérablement allongée. Comment on fait pour attirer Claude Rich, Francis Huster ou Josiane Balasko à Fréjus ?

Aujourd’hui, le Forum est devenu une scène incontournable sur le secteur, sur l’est et une partie du 06. Depuis 5 ans nous y travaillons et ça porte ses fruits. Nous montons en puissance avec l’offre Aggloscènes. Nous avons de très bonnes retombées, de la part du public et même des compagnies, à propos de l’accueil. En 2013, nous avons battu des records, avec 88% de participation. J’imagine que ça prouve qu’on répond aux attentes du public.

Quand on jette un oeil à la programmation, on se rend compte qu’il y a plein de choses pour les enfants. C’est compliqué de choisir ces spectacles-là ?   

C’est très compliqué, surtout au Forum parce qu’il y a une grande scène. Et c’est difficile de trouver des formes de spectacles adaptées. Et puis il y a aussi la capacité du théâtre : recevoir 600 élèves, c’est très compliqué.600 enfants dans un théâtre pour un spectacle jeune public, entre le bruit éventuel, et le respect du spectacle en lui-même, c’est pas évident. On a beaucoup plus de facilités avec le Palais des Congrès, parce que c’est plus petit, plus intimiste, et c’est plus simple de créer des échanges avec le public. Si nous programmons au Forum on est le plus souvent sur des grandes « formes », mais on utilise de plus en plus la salle Jean Cocteau à l’étage, qui est mieux adaptée à ces spectacles parce qu’elle est nettement moins grande, avec une capacité d’à peu près 150 places.

Est ce que vous aimeriez exploiter le Forum et le Palais des Congrès pendant les mois d’été ? C’est dommage de fermer ces grandes salles, non ?

Le Palais des Congrès est fermé en août parce que c’est le mois qui nous permet de l’améliorer et de le rénover petit à petit. Le Forum on n’en a jamais discuté, mais je pense qu’il est préférable de laisser les villes s’occuper elles-mêmes de leurs programmations estivales. Il faut laisser le Forum « tranquille », et se consacrer à des événements extérieurs. Les gens ont moins tendance à s’enfermer en juillet-août, et puis on a de belles structures, le Jardin Bonaparte, les Arènes de Fréjus, le Mas des Escaravatiers, ces lieux sont exceptionnels pour la culture. Donc pour le moment, le Forum fermé en août, ça devrait rester en l’état.

Beaucoup de gens estiment qu’il y a peu de place pour les musiques actuelles. Pour l’instant les petites salles comme Felix Martin sont accessibles, mais certains artistes pourraient remplir des endroits plus grands. Ca vous tente, d’étendre la programmation à ce genre de choses ?

Félix Martin montre bien notre volonté d’aller vers les musiques actuelles. On sait qu’elle est idéalement placée entre Toulon et Nice et on travaille énormément sur la programmation pour qu’elle soit de qualité. Nous y travaillons avec les associations, mais aussi avec le Mas des Escaravatiers et le concours de Sébastien Costamagna, avec qui nous avons mis en place un partenariat qui débute au mois d’octobre et qui concernera 4 dates. C’est vraiment une volonté d’ouverture et d’aller de l’avant. En ce qui concerne le Forum, je me suis exprimé à plusieurs reprises, nous voulons l’ouvrir, lui aussi, aux musiques actuelles, et ça fait partie de ce cahier des charges que nous allons établir avec les élus. C’est nécessaire, important d’ouvrir le Forum au public actif, qui connaît mal cette structure. Et pour le faire venir, ce public-là, ça va passer par la musique actuelle.

Maintenant que vous êtes impliqué à fond dans Aggloscènes, et que les choses ont changé à Fréjus, est ce que vous aimeriez tenter d’exploiter de nouveaux lieux disponibles et trop peu utilisés, comme la base nature ou les arènes ?

Et bien ça n’est pas de notre compétence. Le théâtre est intercommunal, géré par une équipe d’élus. La Base ou les Arènes, c’est différent. Mais nous allons essayer de travailler avec les maires, par exemple de Roquebrune ou de Puget, pour faire sortir Aggloscènes de ses murs, en étendant la programmation par exemple à l’espace Victor Hugo. Pour le moment on a la volonté de travailler sur la programmation jeune public, et de travailler sur la communication pour faire mieux connaître Aggloscènes au public des autres villes de l’agglomération. Nous devons utiliser, si possible, les bulletins municipaux pour mettre l’offre en avant, puis dans un second temps on verra ce qu’on peut mettre en place.

Maintenant que vous avez les rennes, imaginons que avez un budget « no limit » pour produire des spectacles incroyables, en plus de ce qu’il y a déjà : qu’est ce que vous faites ?

De l’humour, ce qui me vient en premier, ce serait Florence Foresti. Et si vraiment on ne parle pas de chiffres, et en fonction de mes goûts personnels, ce serait Muse. Mon rêve, c’est Muse.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire