Après l’échec relatif du Connemara, il était courageux de reprendre le même lieu et le même concept de pub britannique à grande échelle dans une zone industrielle. Mais c’est à croire que les moeurs ont changé, parce que le Public House, lui, attire du monde, et l’a doublement prouvé hier soir en étant surblindé, pour fêter les deux ans de son ouverture.

Open mic’, goodies et OPA sur le parking

Pour l’occasion, le pub a organisé une double scène-ouverte, dedans et dehors. Idéal pour rassembler un nombre colossal de curieux, c’était comme si tous les habitués avaient répondu présent au même moment. Sur scène, les groupes qui ont l’habitude de jouer dans le pub se succèdent et enchaînent les titres (mention spéciale au duo qui reprenait les Beatles, belle perf’ musicale ET vestimentaire), la tireuse en extérieur coule à flots et sur le parking c’est la saine cohue. Dedans c’est pareil qu’un samedi soir, blindé, avec là aussi un groupe qui joue. Saluons d’ailleurs la performance de David Ostenga, qui s’est occupé d’encadrer l’organisation de ces deux scènes qui jouaient en alternance et qui a brillamment relevé le challenge.

Pour le reste, cette soirée ressemblait en tous points à ce que doit être ce genre de fêtes dans et pour un pub. Le Public House a assuré le service en extérieur, et employé de jolies hôtesses qui ont passé toute la soirée avec les bras chargés de cadeaux (chez Bah Alors ? on a récupéré des bretelles et des capotes). Du son, des lumières, du monde et une belle ambiance comme La Palud n’en avait pas connu depuis un petit moment, une soirée qui donnera peut-être des idées à d’autres, parce qu’elle prouve que c’est possible de faire la fête entre un magasin de sport, une banque et un bowling.

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire