L’été à Fréjus arrive toujours un peu plus tôt. Dès le mois d’Avril, on enlève les pulls, c’est vrai. Mais s’il y a un événement qui stoppe la pluie et ouvre la saison estivale, c’est bien Base’Art. Devenu biennal depuis 2010, le festival Base’Art est LE rendez-vous local des artistes d’ici et d’ailleurs. Le concept est simple : l’UPV (Union Patronal du Var) contacte ses membres pour les transformer en mécènes le temps d’un weekend. Et les entreprises font bien les choses. On retrouve des artistes de chez nous, qu’on aime (Lièvre de Mars, So et Cedric, Gilles Deverchere…) et d’autres qu’on découvre, dans l’espace Caquot transformé en une extraordinaire salle d’exposition. Hier, vos serviteurs ont été invités (Merci Nathalie !) à la soirée d’inauguration, avec dress-code simple, le même que chez Eddie Barclay : blanc. On a respecté la règle, puis on est entré dans le hangar pour cette nouvelle édition du Base’Art, histoire de s’en prendre plein les yeux.

Scène de crime christique et clos des roses

Tout le monde ou presque était en blanc, et s’adonne à une promenade dans les couloirs de stands pour trouver la perle. Nous, celle qu’on a aimé le plus en bons punks qui se respectent, c’est la représentation de la scène de crime de Jésus (cf la photo). Les entrepreneurs/mécènes étaient présents, et venaient s’assurer que leur artiste n’avait besoin de rien. C’est très étrange, et à la fois très agréable, de constater que l’équilibre peut s’installer entre le monde de l’entreprise et l’art. Un mariage impossible que l’UPV orchestre à la perfection à chaque fois.

Après notre petit tour, le buffet s’ouvre (et là vous vous dites qu’on est obsédé par les apéros et les buffets mais non, toute l’équipe s’est remise au sport …presque!). Le Clos des Roses coule à flots, avec les petits amuse-bouches et tout le reste. C’est à ce moment-là qu’on pouvait se rendre réellement compte du nombre de personne qu’il y avait, c’est à dire beaucoup …la CGT dirait un peu plus, et la police beaucoup moins, à peu près. Certains fidèles au Base’Art discutent des anciennes éditions, d’autres donnent leur point de vue sur ce qu’ils ont vu, mais tous profitent de l’ambiance sereine qui prend ses quartiers autour d’un rosé.

Discours assez court et ambiance ABBA

L’heure du discours arrive. Ça commence par le vice-président de l’UPV Bernard Lecat, puis le président Gérard Cerruti et enfin Brigitte Auloy, élue à la Culture de la ville de Fréjus. Trois speeches en tout, enchaînés en 15 minutes tout au plus. Simple, efficace. Place ensuite au DJ, les particpants improvisent une piste de danse et partagent un genre de dîner-cocktail. Et ça toujours en blanc hein! L’hystérie fait son apparition en même temps que le duo Jermaine Jackson / Pia Zadora avec le classique « When the rain begins to fall », puis ABBA, et autres hits disco. Des bonbons trônent sur les tables histoire de nous rappeler qu’on est toujours des enfants face à une assiette de sucrerie. Tout est bien, tout est cool.

Ce soir c’est la grande ouverture, vernissage à 18h30, et demain pour la fête de la musique, « c’est le bal »! Faites-y un tour, vous verrez…

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire