Après la soirée inaugurale réservée aux mécènes et aux artistes tout de blanc vêtus, Base’Art ouvrait ses portes au public pour le grand vernissage du vendredi soir. Après un bref discours assez calibré, le maire de Fréjus David Rachline s’est baladé dans les travées pour découvrir les oeuvres. C’est au hasard que nous l’avons croisé, et nous en avons profité pour lui poser quelques questions. Les réponses que nous avons obtenues ont pour certaines été…surprenantes.


M. le maire on va parler art contemporain, ça vous dit ?

Je ne suis pas un spécialiste, je vous le dis de suite (rires)

C’est la première fois que vous venez à Base’Art en tant que maire, mais est-ce que vous veniez avant d’être élu ?

Pour vous dire la vérité, non, je n’étais pas venu. Je découvre et je suis très agréablement surpris, j’aime beaucoup cette idée de partenariat entre les entreprises et les artistes.

Et-ce que vous pensez qu’il y a de l’avenir pour ce genre de partenariat ? Parce que le monde de l’art c’est pas évident, et le monde de l’entreprise se plaint de la crise…

Le monde des entreprises ne va pas très bien, mais celui des collectivités va encore moins bien. Le monde artistique a vocation à se développer, nous ici à Fréjus on va tout faire pour qu’il se développe, même si nous sommes frappés par la diminution des dotations de la part de l’état, par des contraintes financières. Voir des entreprises venant au soutien de l’art, contemporain en l’occurrence, c’est plutôt une bonne nouvelle. Il va falloir pérenniser ça dans le temps. Fréjus est une ville d’art, nous avons des artistes merveilleux, c’est une vraie valeur ajoutée pour notre ville, des gens comme messieurs Sibra ou Tramoni sont vraiment étonnants.

Et vous avez des projet concrets pour développer tout ça ?

Absolument, mais comme ça ne fait que deux mois que je suis là, ils sont encore à l’étude. Nous avons envie d’un marché qui serait entièrement consacré à l’art, et toute une série d’opérations que nous voulons monter qui seront dédiées à l’a découverte de l’art, contemporain en particulier. Et à destination des jeunes, aussi.

Et cet espace Caquot, qui est très grand et pas toujours très pratique…Est-ce que l’exploitation qu’en fait Base’Art vous plaît ?

Et bien plutôt, oui, c’est absolument merveilleux comme endroit parce qu’on peut y mener tout un tas de projets. On peut imaginer qu’une fois qu’il sera solidifié, parce que je vous l’annonce il sera fermé pour travaux au mois d’octobre, qu’on y fera des choses plus grandes. J’envisage de développer son activité dans es proportions importantes. Pourquoi pas des concerts, des spectacles, des manifestations sportives, c’est un élément majeur dans la commune et nous allons l’utiliser. Les gens se demandaient pourquoi on l’utilisait si peu, et cette question je me la posais aussi. On va même, je pense dès cet été d’après les éléments qui sont les miens, permettre à cette Base Nature de rayonner davantage, parce que je compte bien que cet endroit soit un élément vivant pour le développement de la ville.

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire