Avec dans le rôle de la cave, une boîte de nuit bondée, le Toukan à Boulouris. Jacquie et Michel, pour ceux qui sont à l’abri des éclaboussures borderline d’Internet, c’est un couple de libertins d’un âge auquel les turpitudes ne sont plus un motif de pudeur. Ils sont originaires de Tarbes, et après avoir créé une plateforme de rencontre pour les petits malins en quête de coquineries consenties, leur petite entreprise s’est mue en une grande fête populaire en ligne, où des comédiennes qui ressemblent à ta boulangère se font déglinguer par des mecs en forme qui chérissent le sport collectif. Un site qui sent la fesse moite, le pastis-olive et la capote de distributeur. Cauchemar absolu pour certains, le site Jacquieetmichel.tv est devenu le dernier bastion français d’un porno pas chic, où l’on célèbre la femme selon des codes incongrus. En tous cas dans un monde où les gens craignent leur ombre et planquent leurs instincts basiques derrière des cordillières d’hypocrisie. En gros, c’est immonde ou c’est génial, ça peut être fait par derrière, mais en tous cas c’est pas en traître.

Tout ça pour vous dire que vendredi et samedi soir, Jacquie et Michel, sortes de Daft Punk du cul puisqu’ils sont parfaitement incognito et ne se montrent jamais dans les médias, ont envoyé une petite équipe à Saint-Raphaël pour promouvoir leur marque. Trois actrices, menées par une chef de meute souriante et super avenante du nom de Sibylle, et accompagnées par deux mecs particulièrement détendus, à savoir un acteur habitué du site, et Nico, le commercial chargé de colporter la bonne parole dans les boîtes de nuit du sud. Venus pour distribuer des goodies en pagaille et chauffer à blanc une salle blindée survitaminée par l’espoir d’apercevoir un bout de nichon, la fine équipe a l’air de passer une bonne soirée quand on leur est tombé sur le râble vers 1h30 du matin, juste avant les choses sérieuses.


Nico, explique à nos lecteurs ce que c’est le boulot de commercial chez Jacquie et Michel.

Ben commercial chez J&M, pour tout te dire…Je vends le concept des soirées J&M un peu partout en France, et après je me balade avec les filles dans les discothèques. On a plusieurs équipes parce qu’on est hyper demandés. C’est un chouette métier !

Et vous arrivez à bosser dans le calme, malgré la réputation du site ?

Oui, oui… On a jamais été emmerdés dans les soirée. Ici on est bien reçus, super accueil. On n’a jamais eu de souci dans les discothèques. Ici le contexte avec le bord de mer rend les choses un peu différentes, mais en général on va dans de super endroits, vraiment.

Toi qui bosse dans ce milieu-là et qui vend le produit J&M, comment t’expliques que ce porno-là soit en train de supplanter le porno traditionnel ?

Ben le porno amateur, Jacquie et Michel par exemple, c’est franchouillard. Parce que ça peut être ta voisine, n’importe qui. Les gens se retrouvent dans J&M. Le porno normal, c’est des filles et des mecs inaccessibles pour la plupart des gens. Certains y arrivent, mais vraiment pas tout le monde !

Et puis c’est pas cher à faire…

Ouais, et il y a le slogan, c’est un tout. Les soirées sont bon enfant, c’est fait dans le respect, les filles prennent du bon temps, vraiment on s’éclate tous. Là il va y avoir 3/4 shows différents, on distribue des goodies, les filles font des shows habillées puis en nu intégral, plus ou moins hard, ça dépend des contrats qu’on a avec les discothèques. On se marre bien !

Toi Sibylle tu es comédienne, tu fais de plus en plus de vidéos sur J&M. Comment tu es arrivée dans ce monde-là ?

J’aime m’amuser, j’aime la vie et j’en ai qu’une. Jacquie et Michel j’adore, c’est solidaire, on rigole bien, c’est comme une petite famille.

Et partir en tournée comme ça, ça fait partie du plaisir ?

J’adore, on visite plein d’endroits, on rencontre plein de monde, c’est magnifique. On fréquente des milieux sympas, c’est magnifique.

Et le fait qu’un mec comme moi te reconnaisse dans la rue, ou dans une boîte comme ce soir, ça te gêne ou ça te plaît ?

Ah mais mieux que ça, ça me fait mouiller ! Sinon je ferais pas du porno, chéri ! Souvent on me demande des autographes, ou des photos, même des femmes ! L’autre jour dans un restaurant le chef, qui était une femme, m’a même amené un dessert peronnalisé (rires) avec écrit « merci qui? ». Non je t’assure c’est plaisant.

Et là, qu’est ce qu’y va se passer pour toi ?

Ben je vais me lâcher…j’adore voir les gens heureux !


Pendant l’interview, une équipe entière de rugby hurle des chansons à boire, avec à la même table les deux autres filles du crew qui n’ont pas non plus l’air de s’ennuyer. Nous ne sommes restés que pour le premier show, qui n’avait rien de plus fou qu’un happening traditionnel d’actrices porno dans un night-club : ça danse, ça se frotte, ça se roule quelques pelles en claquant des fesses, avec de la house en fond et du strob’ pour éclairer la scène. Sibylle est là, et elle se lâche, elle n’avait pas menti. Elle a d’ailleurs l’air d’aimer voir les gens heureux, car ils le sont.

Pour notre part, on ne savait pas si la soirée allait garder des proportions « normales », on s’était imaginé le…meilleur du pire, disons. En dépit d’un cataclysme cul-turel en milieu suburbain, nous avons eu droit à une soirée comme une autre, rythmée par des gens comme les autres, mais qui peuvent se targuer de deux particularités enviables : ils assument ce qu’ils sont, et ça les rend éminemment sympathiques.

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire