Depuis sa mise en place en 2010, le chalet Handiplage de la Base Nature a beaucoup compté dans la vie estivale des personnes à mobilité réduite. Parce que c’est dans l’eau qu’il est le plus facile de mouvoir un corps meurtri, il était impensable de laisser le handicap éloigner les amateurs de baignade de la Méditerranée. Avec plus de 900 mises à l’eau l’été dernier, le chalet est devenu un lieu incontournable et a largement dépassé le statut de « cabane qu’il est bon de dire qu’on a construite ». Parce qu’on est bien au-delà d’une simple réalisation imposée par la loi, ou d’un caprice d’association. Le chalet Handiplage, c’est un vrai plus, et depuis hier après-midi, ce plus a un nom : Joëlle Colin, championne locale de ski nautique handisport, extrêmement émue et honorée par l’événement.

Un discours, une plaque et des stats étendues

L’inauguration avait lieu à 19h, sous un soleil un peu plus clément que celui qui a tapé sur les fronts pendant le DJ contest de l’après-midi. Le maire David Rachline a fait le déplacement avec quelques élus, dont le principal intéressé Eric Laguette, conseiller municipal délégué à la santé, au handicap et à l’accessibilité. Beaucoup de monde s’était massé autour du chalet, majoritairement des amis de Joëlle Colin, qui est restée, à juste titre, au centre des débats. David Rachline s’est contenté d’un bref discours pour rappeler les actions récentes de la municipalité en faveur de l’accessibilité (les feux tricolores qui désormais « parlent « aux non et mal-voyants, la mise en place d’une mission handicap pour continuer les actions), et a rapidement laissé la parole à la championne qui a , de quelques mots très émus, remercié les principaux artisans de sa réussite sportive (ses sponsors, ses entraîneurs) et de sa vie d’après, à commencer par Raoul Orsini, en charge du chalet depuis 2010. Elle a ensuite dévoilé la plaque à son nom, d’un geste commun avec le maire.

IMG_0775

Depuis des années, la Base Nature peut se targuer d’être exemplaire en matière d’accessibilité, avec de nombreuses places de parkings adaptées, à proximité du chalet Handiplage mais aussi de la piscine, et des voies facilement praticables par les personnes en fauteuil roulant. Le chalet propose quant à lui tout ce qu’il faut pour faire oublier à ceux qui en souffrent leur handicap : douche avec flexible, une salle adaptée pour se changer, les fameux tiralos qui permettent d’accéder à la plage puis au bain, l’indispensable tapis antidérapant et un WC adapté. Ah c’est sûr, la Base était peut-être, du fait de sa taille et de son indépendance vis-à-vis de l’urbanisme fréjusien, l’endroit le plus facile à rendre aussi accessible. Mais il fallait le faire, et depuis des années, les équipes qui se succèdent vont vraiment dans le bon sens. Le chalet Handiplage dépassera probablement les 1000 mises à l’eau cette année : belle stat, non ?

A propos de l'auteur

Articles similaires

2 Réponses

  1. Martine Vigan

    Quel dommage de centraliser la mise à l’eau des handicapés. A moins de vivre à côté du chalet ils doivent se taper les bouchons en pleine chaleur. Une intégration réussie passerai par une mise à l’eau possible sur toute la longueur de la plage de saint aygulf à saint Raphaël avec un nombre judicieux de places handicapé dans tous les parking et un tiralo à dispo. Il y a peu on pouvait se baigner même à saint Aygulf avec 6 places de parking gratuites et un tiralo.

    Répondre
  2. Métais P-A

    Bravo et très heureux pour Joelle que je connais personnellement depuis prés de 10 ans. J’ai tâté de la chaise roulante après un assez grave accident de moto. j’ai compris et accepté avec mal ce que ma vie pourrait ainsi devenir. J’ai eu de la chance, je m’en suis sorti sans de réelles séquelles mais j’ai depuis encore plus d’admiration et de soutien aux personnes handicapées… Bravo à la Mairie de Fréjus de maintenant et d’avant.
    Bravo Jo.
    Amitiés.
    Pascal-Armand Métais

    Répondre

Laisser un commentaire