Le maire de Roquebrune est décidément un homme plein de ressources. Après sa condamnation, en son absence, à 5 ans d’inéligibilité et 20 000 euros d’amende par le Tribunal de Grande Instance de Draguignan, Luc Jousse a invité la presse pour s’expliquer, sur à peu près tout : les raisons de son absence à l’audience, les griefs qui lui sont reprochés, l’acharnement dont il pense être victime, l’iniquité de la justice, et son plan de bataille pour, comme il le dit lui-même, « laver [son] honneur ». La grande lessive passera donc par les urnes, le « juge suprême » que Luc Jousse a su séduire une nouvelle fois en mars dernier. Mais cette fois-ci, il ne s’agira plus de convaincre seulement ses administrés, mais toute la 5e circonsription du Var, celle que l’actuel député Georges Ginesta compte a priori laisser libre en fin d’année au profit d’un poste de Sénateur…et sur laquelle devrait lorgner un adversaire de poids, le maire de Fréjus David Rachline.   

Plaidoirie à huis-clos

« On ne m’a laissé que 32 jours pour préparer ma défense, j’ai demandé un report d’une semaine ou dix jours, on me l’a refusé. 32 jours, c’est un peu court pour reconstituer les 4 ans de déplacements qu’on me demande de justifier ». C’est dans la salle du conseil municipal de la mairie d’honneur, à huis-clos, que Luc Jousse commence par expliquer les raisons de son absence au tribunal. Il estime qu’il n’est pas traité « comme un citoyen normal », et qu’il aurait souhaité se présenter pour apporter ses arguments devant la cour, n’ayant « jamais été entendu au cours de l’instruction ». Il expose ensuite sa version des faits, arguant à propos des cartes de carburant qu’on lui reproche « 4 pleins, soit 320 euros ». Il est aussi revenu sur l’achat par la commune d’une voiture de fonction de luxe que le tribunal a jugé inappropriée : « c’est une Audi H1, c’est légal, nous avons fait un appel d’offres et en l’attendant j’ai continué à utiliser mes voitures personnelles pendant onze mois. Je suis le premier maire de Roquebrune, depuis 1977, à ne pas avoir de chauffeur« . Quoi qu’il en soit, Luc Jousse a interjeté appel très rapidement, ce qui suspend sa condamnation et lui permet, jusqu’au jugement de la cour d’appel, d’exercer ses fonctions de premier administré.

IMG_0851

Rendez-vous en 2015, pronostics et vindicte populaire

Après avoir pris rendez-vous avec ses juges, Luc Jousse désire maintenant se confronter aux électeurs : « J’ai décidé de me présenter aux législatives partielles qui devraient avoir lieu fin 2014/début 2015, pour me confronter au juge suprême, le peuple. J’ai des compétences à apporter à l’assemblée, et je n’ai pas le choix, je dois laver mon honneur ». Il faudra pour cela que les circonstances s’imbriquent selon les plans du maire de Roquebrune : Georges Ginesta doit dans un premier temps être élu sénateur, et laisser son siège de député de la 5e circonscription du Var vacant. Le cas échéant, Luc Jousse a prévu de rencontrer le maire de Saint-Raphaël, pour étudier la possibilité d’un soutien politique. Mais il sait aussi qu’en cas de candidature à la députation, il aura un adversaire de poids en la personne de David Rachline, le maire de Fréjus, « la ville où se jouera l’élection » selon le maire de Roquebrune.

Après cette entrevue avec la presse, le personnel municipal a ouvert les portes de la mairie d’honneur au public. Les sympathisants de Jean Cayron et de Joël Pasquette, ses principaux adversaires lors des municipales, sont venus entendre les arguments du maire, qui leur a répété la même chose qu’aux journalistes. Et pour ne rien vous cacher, le dialogue, qui a mis un peu de temps à s’instaurer, n’a pas été évident. Mais c’est toujours comme ça, à Roquebrune.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Une réponse

  1. cavemistik

    1) Jousse n’aura pas l’appui de M. Ginesta
    2) Ayant toujours combattu le non cumul des mandats D. Rachline ne partira pas aux législatives.

    Répondre

Laisser un commentaire