Si, si, c’est dans le Var. Et non, il n’y a pas de bretelle d’autoroute pour aller jusque-là. Là, c’est Sillans-la-Cascade, petit patelin peuplé par un peu moins de 600 personnes qui, croyez-le bien, ont tout pour être heureuses. Pour commencer, ils ont la Bresque, un cours d’eau qui jadis devait alimenter les résidents et permettre d’arroser les cultures. Parce que Sillans-la-Cascade, comme Fréjus, était autrefois une cité romaine. En tous cas, il y a eu du monde à cette époque-là. Ensuite, la cité est devenue médiévale, la mairie est d’ailleurs bâtie au sommet d’une forteresse d’où on domine la plaine. Et Sillans possède surtout un attrait touristique de premier choix, avec sa cascade haute de 42 mètres située en plein coeur de la forêt, au bout d’un sentier pédestre de 800 mètres qui s’enfonce dans une copie réussie de Brocéliande.

Ce que vous devez savoir avant de partir

Le cheminement pour atterrir à Sillans-la-Cascade passe par la route de l’ouest, via Draguignan. Une fois que vous êtes dans le quartier du Salamandrier (la prison, Carrefour, etc…) vous remontez vers Flayosc par le Col de l’Ange, puis direction Salernes, et enfin, Sillans. Vous vous retrouvez alors dans la partie continentale du Var, à 58 km de Fréjus, prêts à l’aventure. La municipalité met à disposition des visiteurs un parking payant sous les pins (2 euros la journée), à proximité de quelques restos et bars pour boire un coup avant ou après le périple vers la fameuse cascade. Car si la première partie du sentier est tranquille, une fois le point de vue atteint et la cascade admirée de loin, ça devient légèrement plus compliqué, en tous cas glissant. N’y allez pas en tongs, quoi.

Des canards, les Maldives et des camions rouges

Une fois sur site, un escalier assez abrupt vous conduira sur les bords d’une sorte de lagon, au pied de la cascade. Si la végétation ne cachait pas la chute d’eau, ça ressemblerait carrément à un décor de carte postale, genre les Maldives, sauf que l’eau est à 17 degrés. Mais pour ce qui est du bleu turquoise, pas de problème. Même les familles de canards y trouvent leur compte. Alors évidemment, en ce qui concerne la baignade il convient d’être prudent, puisque des rochers sont répandus un peu partout dans l’eau, et que malgré la clarté de celle-ci on ne distingue pas le fond. Les pierres sont glissantes, et l’imprudence peut potentiellement conduire à l’accident. Toutefois, sachez que les pompiers ont accès au site via des chemins aménagés, et qu’au cas où, des camions rouges peuvent accéder très rapidement au lieu.

Sillans-la-Cascade, c’est pas loin, c’est magnifique, c’est fréquenté sans être pris d’assaut, c’est gratuit en dehors des deux petits euros du parking, et si vous faites comme nous et que le hasard vous y conduit le jour de la Saint Etienne, vous aurez même le plaisir de goûter à l’aïoli que le village organise pour sa fête annuelle. Si vous aimez les coins verts, tranquilles et insolites, faites une croix sur un dimanche du calendrier, et prenez le temps d’aller là-bas. Franchement, ça détend. En plus il y a les plus gros platanes de la création.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire