origin - omnipresent

Origin / « Omnipresent »

2014 Nuclear Blast / Agonia Records

Vous devez commencer à connaître cette fameuse colonne. Et vous devez commencer à savoir qu’ici, on ne rigole pas. Ceux qui suivent l’actualité du metal extrême ont sans doute vu passer sur les télescripteurs le nouvel album des malades mentaux d’Origin, un certain “Omnipresent”. On va en dire deux mots, très vite, parce que c’est la spécialité du groupe, d’aller très vite. Le précédent méfait des Américains, “Entity”, avait la lourd etâche de succéder à “Antithesis” qui avait révoltionné non seulement la musique du groupe, mais carrément toute la frange hyper brutale du death américain. Avec la désertion du chanteur de l’époque, le guitariste Paul Ryan avait dû s’occuper de presque tout, avec un certain brio, mais avec beaucoup de pression. Mais ça, c’était avant que Jason Keynes, le chanteur le plus fou de sa génération (allez voir ça sur scène une fois dans votre vie) ne vienne mettre son grain de psychose dans une musique qui, elle, ne s’éloigne jamais des confins les plus violents de ce qui est humainement connu. “Omnipresent” possède les mêmes qualités que ses deux prédecesseurs : un son très organique (la batterie est très réussie et possède une véritable identité, en comparaison de l’immense masse informe de productions qui se ressemblent souvent beaucoup), des compos très brutales et très alambiquées, et une virtuosité quasiment sans égal dans la scène actuelle. Techniquement, c’est hallucinant. Et comme musicalement c’est intéressant, on peut considérer qu’être amateur de death metal et passer à côté de ce disque serait une grave erreur.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire