Des mains entre 9 et 11 ans, pour être précis. Ce jeudi matin, les équipes du Clos des Roses, Claire Alzéari en tête, ont accueilli deux classes de CM1 et CM2 de l’école des chênes pour leur montrer par l’exemple comment on fabrique du vin, de la cueillette du raisin jusqu’à la dégustation des jus (des jus, à zéro degré, n’y voyez pas malice). Profitant du cadre aussi particulier qu’accueillant du Clos, une soixantaine d’enfants très appliqués ont navigué entre les ceps de vigne, les tracteurs et les colosses vindicatifs (on y reviendra) pour une matinée sous le soleil. Un bon prétexte pour rentrer dans l’automne avec le sourire.

Le périple

Le Clos des Roses est un vaste domaine. Vous pensez qu’on voit tout depuis la route de Sainte Brigitte ? Et bien figurez-vous que ce n’est absolument pas le cas. La première épreuve proposée à la moitié du cortège d’enfants (l’autre est restée à la cave pour découvrir la finalité des vendanges), c’est un long parcours pédestre d’un bon quart d’heure, jusqu’à la parcelle qui est en cours de récolte par les vendangeurs du Clos. Sous l’oeil protecteur du directeur de l’école Régis Bouteyron, une trentaine de gamins s’arme de ciseaux et de patience pour attaquer les grappes de raisin proprement, comme les vrais. Un monstre physique en pleine session de ramassage leur rappelle d’ailleurs toutes les trente secondes, en rigolant bien sûr, qu’il est capital de cueillir vite et bien, sans ralentir la procession. Ils découvrent les rôles de cueilleur et de porteur, tâtent un peu de la terre, et en profitent, en douce, pour croquer un grain de raisin par-ci, par-là. De bonne guerre, on l’a fait aussi…

La récompense

Histoire de faire tout pareil que les grands, les enfants ont ensuite croisé le chemin de leurs homologues restés dans un premier temps à la cave, et sont allés découvrir le résultat de la cueillette, la vinification, la mise en bouteille, l’étiquetage, etc. Et comme les grands, ils ont achevé leur session de labeur sous le cagnard par un moment de détente et donc de dégustation, de jus (et donc pas de vin, évidemment) pressé la veille, du même raisin que celui qu’ils ont récolté le matin-même, à quelques mètres près. Une jolie opération pédagogique et nature menée conjointement par l’école des chênes et le Clos des Roses, qui fête ainsi avec un délicat sens du partage les derniers jours d’une récolte qui annonce une cuvée intéressante. Le jus, en tous cas, vaut le détour, mais ça c’est pas nous qui le disons.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire