Et celle qui fabrique ça s’appelle Audrey Brun. Elle était jeudi dernier l’invitée de La Fabrique d’Isabelle Pisan, qui partage avec elle un goût prononcé (et un talent certain) pour le recyclage des matériaux qualifiés, et c’est dommage, de peu nobles. Quand la spécialiste du meuble en carton accueille la reine des robes en papier, ça donne un joli défilé de mode en plein centre-ville à 18h30, avec du monde autour pour regarder, et surtout s’étonner de constater qu’avec des bouts de journaux, on peut fabriquer une très belle robe de mariée. Sans déconner !

IMG_1445

Quatre modèles et des fringues presque portables.

Evidemment, le but d’Audrey Brun n’est pas de concevoir des robes de prêt-à-porter, qu’on cale sur un cintre entre deux chemisiers. Savant assemblage de papier et de colle, mais aussi d’autres matériaux qui viennent orner l’armature, les robes d’Audrey sont toutefois étonnantes de similitude avec des vêtements en tissu traditionnels. En tous cas, les quatre modèles venus défiler pour l’occasion entrent parfaitement des ces fringues semi-rigides, parfois un peu compliquées à enfiler, mais pas du tout contraignantes, visiblement, lorsqu’on évolue avec.

La cerise sur le gâteau, c’était une étonnante et très jolie robe de mariée, qui a dû prendre un temps fou à la créatrice, depuis la conception jusqu’à la réalisation, ultra minutieuse, avec ces centaines de coupures de journaux coupées en genres de flèches et assemblées dans une surprenante traînée. D’ailleurs, elle la portait elle-même, se réservant la plus belle part du gâteau. Mais qui le lui reprochera ?

IMG_1440

Merci pour l’invitation aux Créations Audrey Brun, ainsi qu’à La Fabrique, qui ont relancé avec classe et un super esprit l’opération « Les jeudis c’est vernis », que les artisans et la ville de Fréjus ont eu la bonne idée de conserver pour animer le centre-ville.

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire