Une jolie expo photo en ce moment à la Maison du Patrimoine de Roquebrune, en plein coeur du village. Comme vous le savez peut-être (mais sûrement pas), les médiévales de Roquebrune c’est tous les deux ans. Pourquoi ? Parce que les années impaires, et ce depuis 2009, le Corso fleuri a fait son grand retour au village. Tradition perdue depuis des années, c’est René Corgnolo qui a tenu à réhabiliter cette vieille habitude typiquement méditerranéenne, lui qui avait connu ça durant son enfance au pied du rocher. Comme ça lui manquait, et parce que la population se plaint souvent qu’à Roquebrune il ne se passe rien (il suffit pourtant de se tenir au courant, essayez, vous verrez), il a réuni quelques amis et s’est lancé dans l’aventure pour réhabiliter le corso, avec ses fleurs véritables, ses chars démesurés décorés par toutes les associations volontaires, qui profitent de ce moment-là pour se faire connaître, faire la fête, et montrer que le village n’oublie pas ses traditions, même au XXIe siècle.

Pour immortaliser la création du char de l’association des médiévales, Karine et Jérôme ont fait appel à l’un de leurs photographes fétiches, habitué des festivités du genre et enfant du village, Gilles Priarone. Adepte du noir et blanc, le photographe amateur (instituteur dans la vraie vie) a suivi toutes les étapes de la création du char 2013, depuis le montage des structures jusqu’au placement minutieux des fleurs. Tout ça à travers son objectif mais surtout son oeil, qui a saisi une quantité de moments fugaces. Très artistique, néanmoins documentaire, son travail est exposé en ce moment à la maison du patrimoine. C’est l’occasion pour les Roquebrunois de voir des têtes connues (René-Jean Rémy en tête), et pour tout le monde de découvrir le travail minutieux d’un photographe de talent, du cru, et trop peu souvent mis en lumière. Mais ça, nous, on va y remédier.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire