La Fédération Française de Cuisine, ça existe. Si, et si, ça existe. Et c’est génial, vous ne vous rendez pas compte. Avec une quinzaine de dates à travers la France, la FFC remplit un vide sidéral dans le monde la compétition de haut niveau : le championnat de France de cuisine amateur, c’est l’occasion pour des milliers de cordons bleus de se toiser casserole en main, et de décider en quelques verrines et un jugement impartial de qui est le meilleur. C’est pas Masterchef, c’est pas le Gault & Millaut, c’est pas la Toque d’Or. C’est encore mieux, parce que c’est authentique, universel, et hyper bon enfant. Ce weekend la FFC était aux Issambres, à l’Espace Robert Manuel, où 12 cuisiniers du cru se sont affrontés. Et comme dans Highlander, il ne devait en rester qu’un. Mais pour bien comprendre de quoi il en retournait, le mieux c’était de s’adresser au président de la FFC, Grégoire Provost, déjà en verve à 10h45, au milieu des oignons frits, des tranches de saumon et des tomates cerises. 

La FFC, Grégoire, c’est tout récent, ça n’a même pas dix ans .

C’est tout récent. L’idée de base était simple : dans n’importe quel sport ou hobby il y a toujours un réseau professionnel et amateur, c’est valable dans le bridge, dans le tennis, dans tout.  Dans la cuisine, l’univers pro est très structuré, mais le monde amateur beaucoup moins. On s’est demandé comment orchestrer le monde amateur dans les régions, et on a créé la fédération.

Vous, vous êtes cuisinier ?

Oui, mais amateur, je ne suis pas du tout cuisinier professionnel. Je ne travaille même pas dans un restaurant. C’est la fédération des gens qui cuisinent chez eux !

Mais pourquoi c’est vous qui avez eu cette idée, alors ?

Ben il manquait quelque chose ! Les toques d’or, les Meilleurs ouvriers de France, les pros ils ont tout, mais si vous n’êtes pas un pro, il n’y a rien. Vous cuisinez chez vous, et c’est tout. C’est pas juste !

Mais alors…vous vouliez prouver que vous aussi vous pouviez gagner une compèt’ ?

Ben c’est parti de là aussi ! On s’est dit qu’on pouvait fédérer ceux qui sont passionnés par la cuisine amateur dans des clubs, d’abord, puis qu’après on pourrait les faire s’affronter, et c’est comme ça que le championnat de France a grandi, on en est à la 7e édition.

Donc les gens qui participent devant nous, juste là, ce sont des gens d’ici ?

Parfaitement, ils sont de la région, voire même de Roquebrune. Ils se sont dit « tout le monde me dit que je cuisine bien, à la maison, mais on va voir si c’est pareil quand ce ne sont pas mes invités qui jugent. On va voir s’ils sont si sympas que ça ! »

Quand vous organisez un concours comme ça, c’est double recrutement : jury et participants. C’est compliqué ?

On recrute deux types de jurys. Un qu’on ne recrute pas vraiment, c’est le public. En fait chacun des candidats doit faire 30 verrines, que le public peut goûter, et les gens votent pour ce qu’ils préfèrent. Puis il y a aussi le jury du prix « Coup de coeur », avec des personnalités locales, des journalistes, qui jugent aussi.

Et les candidats ne sont pas des gens qui ambitionnent de devenir cuisiniers ?

Non, il y en a qui pensent peut-être à se reconvertir, ça s’est déjà vu, j’ai déjà vu des champions de France ouvrir des restaurants ! Mais la plupart d’entre eux c’est simplement pour le plaisir.

Vous devez prendre un pied pas possible à organiser ces trucs-là…

Ah on est vraiment dans la bonne humeur et la convivialité. La cuisine ça se partage, alors même si c’est structuré et sérieux parce que c’est nécessaire, ça se fait dans le plaisir, et c’est une expérience géniale : ils se retrouvent à cuisiner devant plus de 100 personnes, rien à voir avec la maison. Et puis il n’y a pas trop de dramaturgie à la Masterchef, on l’a fait « light ». Je préfère qu’ils partent tous copains, qu’ils s’invitent à des cours de cuisine et qu’ils s’invitent à manger les uns chez les autres plutôt que de créer des conflits ou des jalousies. On se balade dans toute la France, on s’amuse beaucoup.

Là ça sent déjà bon, ou c’est moi ?

Ah c’est tout l’intérêt d’avoir une grande cuisine ouverte ! En plus on a tous les exposants, les produits locaux, y en a dedans et dehors, c’est vraiment super. Et j’espère qu’on aura des milliers de personnes tout le week-end pour venir partager un moment gourmand !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire