Dieu sait que votre serviteur n’est actuellement pas concerné par le sujet. Il n’en demeure pas moins qu’un salon au palais des congrès de Saint-Raphaël, c’est toujours un moment récréatif, parfait pour découvrir un univers dans son expression la plus…globale, générale, excessive, farfelue, bref, sous toutes ses formes. Ce weekend il s’agit de mariage, donc de robes blanches, de pièces montées démesurées, de voitures de 15 mètres, de voyages aux Maldives et de restaurants à 180€ par tête. Mais pas uniquement. Le mariage c’est avant tout une belle fête, supposée unique dans une vie, entre un homme et une femme. Vous l’avez compris, le mariage a beaucoup changé ! Et pour parler de tout ça, nous avons rencontré la grande prêtresse de l’événement, Sophie Healy, douze années de salon du mariage sur le CV, entre un homme-bulle, un macaron foie gras/framboise, et un photographe bionique (cf. la série de photos la plus incongrue de l’histoire de Bah Alors ?)


Sophie Healy : C’est la 12e année pour ce salon, au Palais des congrès, avec pour thème cette année la beauté. Nos mannequins sont superbes, bien sûr, mais nous avons aussi un chirurgien esthétique qui vient pour des conférences, les deux jours à 16 heures. C’est une sommité de Nice, qui va nous parler de l’actualité de la profession. J’ai aussi demandé à l’école supérieur d’arts appliqués de Nice de préparer une collection de robes de mariées uniquement pour le salon. J’ai vu les dessins, c’est déjanté, magnifique, j’adore.

Comment vous avez eu l’idée d’organiser ce genre de salons?

C’est l’office de tourisme de Saint-Raphaël qui me l’a demandé. J’ai accepté, je faisais déjà d’autres salons, sur la maison, la déco, la beauté…

On a l’impression que le mariage est une tradition qui se perd, pourtant ce genre d’événements existe et se porte bien, à première vue.

Le mariage revient. Je pense que ça sécurise les gens, la crise que l’on traverse rapproche les couples. Depuis deux ans on remarque que l’on a de plus en plus de mariages, et le mariage pour tous change aussi la donne. L’année dernière c’était la première année que les exposants travaillaient autour des couples homosexuels, et certains sont venus me dire « Sophie je n’ai même pas pu déjeuner ! » Les budgets deviennent aussi plus importants, et on a aussi beaucoup de re-mariages. Les gens qui se sont mariés sans argent à 20 ans et qui pour leur seconde ou troisième union veulent faire de grandes fêtes, parce que leur situation le leur permet.

Qu’est ce qu’on trouve, en dehors des robes et des fleurs ?

Des locations de salles ! C’est le premier souci, pour les mariés, dans la région il n’y a pas beaucoup de grandes salles. Il faut la décoration, les animateurs, des orchestres, des magiciens. Pour la cérémonie, il faut des bijoutiers, des voitures de location, des photographes, et parfois même des « wedding planners », des agences qui proposent des mariages clés en mains et qui s’occupent de toute l’organisation. Il y en a même qui prennent les mariés à part pour choisir leurs vêtements. J’ai aussi les restaurants, les hôtels…et les agences de voyages !

Qu’est ce qui a le plus changé en douze ans ?

En tous cas, pas les robes. Ce qui a le plus changé c’est la proportion de re-mariages, le mariage pour tous, et le retour du mariage en tant que grande cérémonie.

Et qui vient ?

Les couples seuls, mais souvent ils amènent la famille dans leur sillage, avec les parents qui leur disent « je t’offre le traiteur », la grand-mère qui leur offre le photographe, etc… Il y a aussi des gens seuls qui viennent ici pour le plaisir, parce qu’on essaie d’offrir un peu de spectacle, avec les défilés. Cette année j’ai engagé des danseuses russes d’une école très réputée. On essaie de donner du plaisir. Ceux qui viennent chercher des idées, aussi, pour d’autres fêtes, baptêmes, communions, anniversaires, enterrements de vie de garçon ou de jeune fille, etc. On a même l’église catholique, qui vient pour conseiller sur le mariage mixte. Je ne voulais pas, au début, pour ne pas faire d’injustice avec les autres religions, mais comme ils ont beaucoup insisté j’ai fini par les prendre et ils sont très contents de pouvoir discuter de ça avec ceux qui vont épouser une personne de confession différente.

Le programme de la journée de dimanche ?

Ne ratez pas les deux défilés à 14.30 et à 17h, et la conférence à 16h avec le chirurgien

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire