La liberté de prendre le risque de ne pas payer, chers lecteurs, c’est fini. Car ça y est, les barrières sont arrivées, aux entrée et sortie du parking Paul Vernet, dans le centre historique de Fréjus. L’un des principaux parkings du centre-ville était déjà payant, au tarif « horodateur » (comme celui de la place Agricola), maintenant il va devenir à la fois payant et fermé, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. La police municipale avait jadis serré la vis sur la verbalisation, au moment des travaux qui avaient provoqué la fermeture partielle du parking du clos de la tour en 2012. Le stationnement était à ce moment-là devenu quelque peu anarchique.

Comme nous l’a expliqué l’adjoint responsable de la circulation et du stationnement Charles Marchand, « il y avait un problème avec ce parking, car seul un tiers des usagers s’acquittaient d’un ticket. Pour l’instant il y a les barrières, mais il reste encore des détails à régler en interne, notamment en terme de logiciels. Si tout va bien, tout devrait être fonctionnel en début d’année, à un tarif inférieur à celui du parking Aubenas, qui est couvert. »

La demi-heure de l’angoisse

Vous l’avez sûrement constaté si vous êtes usagers du parking, lorsqu’on y passe aux heures de rentrée/sortie d’école, c’est un peu l’hystérie collective. On se gare en double-file, on s’arrête un peu comme on peut, on fait avec la conjoncture. Et bien maintenant il faudra aussi composer avec des barrières, qui selon toute vraisemblance devraient autoriser une demi-heure de stationnement gratuit forfaitaire, comme dans les autres parkings payants de la ville. Saturé à de nombreux moments de la journée, et pris d’assaut lors des manifestations diverses du centre-ville (braderies, marché de Noël, etc…), le parking Paul Vernet ne sera plus gratuit pour les resquilleurs. La bonne nouvelle c’est qu’il devrait être plus facile de s’y garer, et que des places gratuites il en reste, au clos de la tour, à la porte d’orée, à sainte-croix, dans les rues, pour un total d’à peu près 350 emplacements, rien que dans le centre historique. Mais bon, il faudra marcher, ce qui était jusqu’ici une option à mettre en face d’un risque de PV, à l’appréciation de chacun.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire