salvatore-adamo-01

Chers lecteurs, ne vous méprenez pas. Bien évidemment que cette chronique n’est pas jetée ici en pâture à vos yeux amusés pour soutenir la démarche de Salvatore. Un album de reprises, c’est opportuniste, c’est mercantile, c’est facile, c’est nul, c’est pas créatif, bien sûr que c’est pas excusable. Mais sous la brute que j’incarne parfois, sous le fan de black metal satanique et de punk hardcore anarchique, se cache un être à la sensibilité que j’espère assez fine, et Salvatore Adamo restera toujours, pour ce côté « pas obscur », l’inoubliable interprète de « Vous permettez, monsieur », une très jolie chanson du répertoire français, qui rappelle qu’autrefois les auteurs savaient faire preuve d’un peu plus de délicatesse que…Zaz, tiens. Et je n’ai rien non plus contre Gilbert Bécaud. Le problème, c’est que la rencontre entre Monsieur 100 000 volts et un chanteur pour dames de 70 ans passés, c’est trop bizarre pour être honnête.

On ne fait pas tout avec un arrangement propre

Le problème de ce genre de disques, c’est qu’ils édulcorent toujours les meilleurs côtés des artistes concernés. Adamo n’est pas Bécaud, Adamo n’est pas un nerveux, et personne n’a jamais cassé son siège lors d’un de ses galas à l’Olympia. Adamo n’a pas piqué sa gonzesse à Claude François. Bécaud était un lover incarné dans un mâle alpha dominant. Adamo est un amant délicat, un vrai gentil, un de ceux que les femmes regrettent pour les bonnes raisons. Bref, deux hommes différents, que leurs répertoires respectifs distinguent clairement. Alors même si Salvatore a confié les réarrangements de l’oeuvre de Bécaud à une cohorte de professionnels qui ont rendu une copie inattaquable sur le plan strictement technique et musical, soyons francs : ça ne fonctionne pas. On ne peut pas s’approprier les chansons des chanteurs/auteurs/compositeurs à forte personnalité. Nathalie, c’est le guide russe de Bécaud, point à la ligne. C’est lui qui s’est demandé ce qu’il allait « faire de tout ce temps » En fait le message que j’essaie de faire passer auprès de vous est assez simple, et je suis sûr de ne prêcher pratiquement que des convaincus : pour écouter Bécaud, le mieux, c’est d’écouter Bécaud. Et Salvatore Adamo aurait pu (dû) avoir la délicatesse, pourtant une de ses qualités intrinsèques, de laisser l’oeuvre du défunt Gilbert s’exprimer à travers son auteur. Le bilan, c’est un disque inutile, résultat d’une certaine forme d’égocentrisme, mais qui aura peut-être la vertu d’encourager les curieux à se replonger dans l’oeuvre d’origine. Et qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit, Adamo n’est pas un escroc, puisqu’il est l’un des rares chanteurs de sa génération à proposer encore des choses nouvelles, son dernier album « La grande roue » datant de 2012. Chante, crée, mais ne déterre personne, Salvatore, ça ne te réussit pas plus qu’à un autre.

A propos de l'auteur

Articles similaires

2 Réponses

  1. eden Fleur

    Votre critique semble sans appel. Personnellement, je trouve ce CD magnifique. Effectivement, BECAUD était un « nerveux » et ADAMO est un « tendre », un « sensible ». Mais cet écorché vif qu’est Salvatore ADAMO a su capter l’essence même des textes de son aîné pour nous les offrir « à sa manière ». Ce n’est plus du BECAUD, c’est de l’ADAMO mais il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit d’un hommage et un hommage ce n’est pas une copie. Un hommage c’est exactement ce que Monsieur ADAMO a fait, c’est-à-dire, une interprétation avec SA voix, SA sensibilité, tout son coeur… etc. Et tout cela « rend » très bien.
    Des chansons comme « l’absent » (sublime et émouvante), « croquemitoufle » (qui va parfaitement au timbre de voix d’ADAMO), « je reviens te chercher » , « je t’attends » ou « Marie, Marie », dans la voix suave d’ADAMO ce n’est pas électrique, non, mais tout simplement… beau, très beau.
    ADAMO fait une relecture totale des chansons de BECAUD choisies et c’est tout à son honneur et, de plus, il sort de l’oubli où les médias l’ont laissé, le grand BECAUD.
    C’est un très bel hommage d’un grand poète à un autre grand compositeur et merci à lui d’avoir réalisé ce travail si réussi.

    Répondre
  2. Joanna

    Vos commentaires sont nuls on je peux déduire que vous ne connaissez rien en la carrière d Adamo .

    Répondre

Laisser un commentaire