Comme le laissait envisager la diffusion du communiqué de presse officiel envoyé par la vile de St-Raphaël, relayé par nos soins hier soir quasiment en direct, nous nous sommes déplacés sur place ce matin du mercredi 19 novembre pour constater par nous-mêmes les dégâts. Hier soir, un nouvel incident a émaillé la vie du chantier de la maison de retraite Domitys en construction rue Jules Ferry, à la place de l’ancienne marbrerie, au-dessus du lycée St-Exupéry à Saint-Raphaël. Situé en contrebas de la falaise, le site avait déjà été sujet  des éboulis qui avaient retardé et compliqué les travaux.

IMAG0232

 

Route barrée, accès fermé pour tout le monde et chantier neutralisé

Depuis hier soir, la rue Jules Ferry est barrée à la circulation. Surveillée de part en part par la police municipale qui contrôle les allées et venues (y compris des piétons), elle est pour l’instant logée à la même enseigne que le parking fermé par des plots en béton depuis des mois, plus que jamais depuis le dernier éboulis au mois d’août dernier. Il a fallu parlementer un peu pour aller sur place, et nous avons pu constater que certaines ébauches de construction avaient été emportées par les chutes de pierres. Un peu avant midi, il n’y avait personne sur le chantier. La grue principale, la plus proche de la falaise est sensée être démontée dans les heures qui viennent selon les autorités.

IMAG0224

« Je suis inquiète pour ma maison »

Au gré de nos pérégrinations, nous avons gravi le grand escalier situé derrière les commerces situés juste au-dessus de la falaise. Nous avons croisé la propriétaire d’une maison située tout à gauche, d’où la vue sur le parking est imprenable. Mais plus que de la vue, c’est de son inquiétude que Menni a envie de parler : « je suis inquiète pour ma maison, on y fait des travaux pour la louer bientôt, on cherche à savoir ce qui se passe. Je regarde la falaise depuis ma fenêtre ». Elle ne fait pas partie des personnes évacuées (3 habitations, les plus proches de l’éboulis et celle située juste derrière la marbrerie), mais elle se pose beaucoup de questions. Pour le moment, la falaise est contrôlée 24 heures sur 24, le périmètre de sécurité a été élargi, et le matériel nécessaire au confortement est déjà en route. Mais pour l’instant, la nature, l’érosion et la météo ont décidé de rendre les choses compliquées.

IMAG0228

A propos de l'auteur

Articles similaires

2 Réponses

Laisser un commentaire