Que tout le monde se calme avec le titre, ça implique deux conditions : être assidu, et avoir le temps…d’être assidu. Mais d’après ce que nous a raconté Sonia, le bras droit de Vanessa, la courageuse créatrice d’entreprise qui s’est lancée dans la très complexe aventure de l’auto-école, c’est faisable. Située dans un tout nouveau pôle commercial situé rue de la Montagne à Fréjus (entre le collège Léotard et le lycée Camus), Pep’s conduite vient à peine de rentrer dans le secteur très concurrentiel des auto-écoles de Fréjus/St-Raphaël, avec des arguments à faire valoir, des objectifs atteignables, et surtout, des offres de lancement idéales pour les fêtes. Parce que oui, souvent, le permis de conduire, c’est pas un cadeau de le passer, mais ça peut s’offrir à des jeunes qui comptent leurs euros.


Sonia, peux-tu nous faire un bref « état civil » de cette nouvelle auto-école ?

Et bien ça s’appelle Pep’s Conduite, c’est ouvert depuis le 1er décembre, et c’est dans la rue de la Montagne, ou « Route qui monte entre le collège Léotard et Camus ».

Tu me disais en off que monter une auto-école, c’était très compliqué. Pourquoi ?

De toute façon, créer une entreprise quelle qu’elle soit c’est difficile. Une auto-école c’est encore plus compliqué, parce que c’est rattaché à la préfecture. Cela implique des normes, des agréments à tenir, et on ne peut vraiment pas faire comme on veut. Si on dispose d’une salle de tant de mètres carrés, on peut accueillir tant d’élèves en cours de code. Pour inscrire un certain nombre d’élèves dans une année, il faut disposer d’une certaine taille de bâtiment. Il y a des normes partout. Pour les moniteurs c’est pareil.

Dès l’ouverture vous avez pas mal d’inscrits. Comment ont-ils été au courant ?

Parce qu’oin est sympas, parce qu’on est connus dans le milieu, et parce qu’on communique ! Vanessa a fait pas mal d’opérations, elle a lié des partenariats avec des associations sportives par exemple, des échanges : si telle asso nous envoie un élève, on leur fait 10 % de réduction. Une auto-école c’est pas seulement « apprendre à conduire », c’est aussi un commerce comme un autre. Quand un parent vient dépenser 1000 euros pour son gamin, s’il peut bénéficier d’une petite ristourne il réfléchit à deux fois.

Et d’ailleurs, les ristournes c’est le moment, car vous avez allié la période des fêtes avec des offres de lancement…

Oui ! Jusqu’au 25 février, à la fois pour Noël et le lancement, on fait à peu près 20% de réduction et on peut passer le permis pour moins de 1000 €.

C’est un secteur soumis à une concurrence acharnée ?

Vers Saint-Raphaël je trouve que oui. Il y a 6 ou 7 auto-écoles autour du lycée St Ex, et là c’est dur. Nous ici, on ne prend la place de personne.

Et cet examen, alors, il est si dur que ça, comme tout le monde le dit ?

S’ils suivent une bonne formation, ce n’est pas dur, et ça ne dure pas longtemps. On a la chance d’être dans une zone où il est assez agréable de conduire, par rapport à d’autres endroits très compliqués, les centre-villes très denses comme Nice, Toulon ou Marseille. Ici ça circule pas mal. Il faut être rigoureux, c’est simple, et pas difficile. Il paraît aussi que le code est difficile, mais non. Il y a très peu d’élèves qui ratent leur code. Il change très peu, les détails sur l’écologie, mais rien de méchant. Il n’y a pas non plus de quotas d’inspecteurs, pas de période noire comme « le mois de juin c’est plus difficile », rien de tout ça, ce sont des légendes urbaines, ça.

Et si par exemple je m’inscris aujourd’hui, que j’ai du temps devant moi, combien de temps me faut-il pour avoir mon permis?

T’es motivé ?

Plutôt…

Si tu peux venir me voir tous les jours, que tu lis ton livre de code et que je sens que t’es prête, je te fais passer le code début janvier, et le permis à la fin du mois. Même pas deux mois. Très franchement c’est possible.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire