Décidément, la municipalité gérée par Georges Ginesta laisse beaucoup de place à la culture. C’est l’adjoint responsable du domaine Guillaume Decart qui doit être content ! Il affichait en tous cas une mine radieuse hier soir pour l’inauguration de la très atendue Art Life Gallery, rue Alphonse Karr, en plein coeur de Saint-Raphaël. Vieux rêve de l’entrepreneuse Laurence Barbero (Le Clos des Roses, c’est elle), la patronne a réussi le joli pari de créer un nouveau lieu à l’image de ce qu’elle propose depuis quelques années : un écrin très accueillant, bien situé, où le visiteur se sent bien, et où les artistes ont de la place pour montrer leurs oeuvres mises en valeur. Et pourtant, c’est pas grand. Mais pour solutionner ça, il y a l’astuce…

Des filles, Picasso et Donkey Kong.

L’oeil de votre serviteur ne s’y est pas trompé : à l’approche du lieu, à l’heure H, j’ai bien senti qu’il se passait quelque chose de pas naturel, et je l’ai dit à mes amis présents qui ont pris en note ma remarque sans réellement al relever : « les gars, y a des filles d’1m85, en cercle et qui ne parlent pas toutes français, il va se passer un truc ». Vingt minutes plus tard, j’avais gain de cause : une dizaine d’hôtesses habillées par le Clos des Roses ont pris la pose pour l’objectif du photographe officiel, histoire de marquer le coup et de ravir les visiteurs masculins sans aucune vulgarité (déjà parce que c’est l’hiver, et parce que le bon goût, dans ce genre de circonstances, c’est important).

La visite des lieux nous a rappelé à quel point nous étions fans du fameux Donkey Kong exposé depuis des lustres au Clos des Roses, puisqu’il est désormais rue Alponse Karr. Il y est en excellente compagnie, puisque parmi les artistes exposés, on retrouve entre autres David David, Marlène Kuhn, Eric Pajot, Souchkine, et last but not least, des lithographies du grand maître Pablo Picasso. Entre autres.

Un bien bel endroit, agencé sur rois niveaux, qui brille par son côté épuré, et par la qualité des oeuvres qui ornent ses murs pour cette première expo. Gageons que Laurence Barbero et ses collaborateurs sauront renouveler régulièrement l’offre culturelle du lieu, qui si l’on a bien compris le message délivré pour l’inauguration, n’a rien d’un caprice éphémère : l’Art Life Gallery devrait être là pour durer.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire