C’est bien parce que Pink Floyd a sorti un album et que c’est un événement inter-planétaire, que cet album de Flayed n’est pas le disque du mois. Parce que franchement, la première livraison des Lyonnais est en tous points une réussite. Très attendu par les « fans du net » depuis les démos mises en ligne ces deux dernières années, les dix titres de ce disque tiennent toutes les promesses faites par la bande à Rénato (chouette prénom !), qui en plus d’avoir prouvé qu’elle était performante sur scène, a réussi le grand saut de l’album complet. Revue d’effectif !

L’orgue Hammond ! Donnez-moi de l’orgue Hammond !

Pour les nostalgiques du regretté John Lord de Deep Purple, sachez que Flayed laisse une grande place à un instrument trop souvent boudé depuis la déliquescence des années psychédéliques et l’apparition des synthés new-wave. L’orgue Hammond est là, avec ses sonorités tordues, ce « pouet » caractéristique et tellement génial qu’on se demande pourquoi tous les groupes de rock n’en mettent pas au moins un peu. Car oui, Flayed et un sacré bon groupe de rock, qui lorgne allègrement du côté des Foo Fighters (c’est la saison) autant que chez des groupoes plus énervés comme Pantera (grosse influence au niveau du chant), Guns N’Roses (des solos de guitare géniaux partout) et même quelques groupes de punk (pour certains tempos très enlevés). Le résultat, c’est un disque très équilibré, qui fourmille de compos hyper entraînantes qui ne demandent qu’à être jouées sur des scènes chauffées à blanc. « Symphony for the flayed » comporte tout ce qu’un bon album de rock n’roll se doit de contenir, et place Flayed aux côtés d’Airbourne et des Hellacopters, par exemple. Si vous aimez quand ça pulse, quand ça chante vachement bien, et quand ça joue impeccable, alors c’est que vous aimez la musique, et que donc vous ne pouvez pas passer à côté de ce disque. Buy or Die.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire