Vous ne le savez peut-être pas, mais la plus grosse entreprise de tout le bassin fréjuso-raphaëlois, c’est bel et bien le CHI Bonnet. Comme chaque année, la directrice Chantal Borne s’est livrée l’exercice des voeux, une gymnastique qui peut rapidement s’avérer périlleuse en temps de crise. Entourée par les maires des deux villes de Fréjus et Saint-Raphaël David Rachline et Georges Ginesta, accompagnée sur scène par ce dernier (en sa qualité de président du comité de surveillance) et par le président de la Commission Médicale d’Etablissement le psychiatre Michel Morali, la directrice n’a pas caché à son personnel que l’hôpital allait devoir traverser quelques menues difficultés dans les trois ans à venir.

Le parking en 2016 et un député-maire taquin

Tous les usagers de l’hôpital Bonnet s’en sont rendus compte depuis des lustres, le projet de rénovation du parking était un mal nécessaire. Blindé du matin au soir, devenu beaucoup trop petit pour l’établissement qui n’a cessé e s’agrandir, et pris d’assaut par les riverains du quartier, il devenait obligatoire de l’agrandir de manière significative. Ce sera chose faite avec des travaux qui vont s’étaler de juillet 2015 au début de l’année prochaine. Le député-maire Georges Ginesta a évoqué la possibilité d’un étage supplémentaire (en plus des trois niveaux déjà prévus), avec des fondations adaptées à l’origine de la construction. Il a aussi mentionné que le parking sera payant (pour amortir les 4 millions d’euros nécessaires à sa construction), sauf pour le personnel bien évidemment.

Il a ensuite mentionné les difficultés de gestion auxquelles est confrontée Chantal Borne, en précisant que l’hôpital bénéficie d’un budget plus important que celui de la ville e Saint-Raphaël, et qu’il saluait son travail. Il a en revanche taquiné la directrice sur la place très importante des RTT dans la répartition du temps de travail, et a soulevé une timide clameur en envoyant une pique concernant les jours d’arrêt maladie distribués au CHI en 2014 (20 par employé). Chantal Borne est quant à elle revenue sur les difficultés particulières des services de psychiatrie, prenant le Dr Morali  témoin, et soulignant l’accueil « indigne » du bâtiment dédié, qu’elle a déjà dénoncé par le passé

Une cérémonie placée également sous le signe de la gravité, avec une minute de silence respectée en hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo. Des projets, un plan de marche clair pour affronter les réformes constantes (et profondes) du système de santé, des choses à rectifier, d’autres à poursuivre, les voeux 2015 ont comme d’habitude accouché de pas mal d’informations d’importance. Surtout que la directrice Chantal Borne est ce qu’on appelle dans le jargon journalistique une « bonne cliente », et que Georges Ginesta était plutôt en forme, au lendemain de ses voeux à lui dans un Palais des Congrès plein à ras-bord.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire