Gouverner c’est prévoir. Mais finalement, par les temps qui courent, vivre c’est déjà essayer d’anticiper. Et pour mieux prévoir, parfois, il faut modifier des habitudes. Le maire de Roquebrune Luc Jousse ne passe pas tout son temps à régler des histoires devant les tribunaux ou à rendre des cartes. Il consacre aussi de l’énergie à sa commune, et il tente des trucs. Le chantier du moment, la jeunesse, avec une refonte complète de la politique locale en matière d’accompagnement des 11 – 25 ans. Parce qu’il n’est écrit nulle part qu’il faut continuer en 2015 tout ce qui était déjà en place en 2014, en 2013… ou en 1992.

Les bonnes personnes au bon endroit, avec d’autres rôles.

Nous avons rencontré l’adjointe responsable de la jeunesse Joëlle Neveux, ainsi que l’ensemble de l’équipe du pôle jeunesse. Bonne nouvelle pour les jeunes qui ont l’habitude de communiquer avec les trois animateurs qu’ils ont toujours connu, ils seront toujours là. Idem pour leur directeur Yvan Grasso (qui décidément ne vieillira jamais), en charge de tout ce qui concerne la jeunesse à Roquebrune depuis les années 90.

L’idée de départ, c’est de scinder l’ensemble de la jeunesse roquebrunoise en deux catégories disctinctes : les moins de 15 ans, et les 15-25 ans. Pour les plus petits, la municipalité a choisi de les encourager à rejoindre des activités encadrées comme la musique, le sport ou la danse, avec l’agrandissement des installations et l’augmentation de la capacité d’accueil des structures déjà existantes (l’école de danse est même une nouveauté, située en lieu et place de la salle de musculation, qui va hélas manquer à pas mal de pratiquants, à proximité de la maison de retraite, aux abords de l’ancien stade). Pour les autres, les « grands », le pôle jeunesse mute en Bureau Jeunesse, une structure qui se veut plus adaptée à leurs besoins. En gros, en plus de les aider à trouver des idées pour se détendre, le BJ va les soutenir dans le très compliqué passage à l’âge adulte : emploi, logement, insertion, entreprise, vie associative, voilà de quoi on parle.

Des bourses, de l’investissement personnel et de l’insertion.

En plus des habituels axes de travail pré-cités, le BJ va être le relais entre la jeunesse locale et certains dispositifs très intéressants mis en place par la ville. Pour commencer, les bourses au permis de conduire et au BAFA, qui permet aux jeunes de financer une partie de ces examens assez chers en échange d’heures de travail au services de ce que la mairie a baptisé les « chantiers éducatifs et solidaires ». Comprenez par là qu’il sera possible de constituer une réserve d’argent en participant aux activités d’associations caritatives ou en faveur de la préservation de l’environnement, par exemple. Le BJ propose également d’aider les jeunes en réinsertion, et qui en ont besoin, à dénicher des Travaux d’Intérêt Général suite à une condamnation.

Pour plus d’informations, vous pouvez rendre visite aux Conseillers Jeunesse dans la Maison des Jeunes située à côté de la salle Calandri, Boulevard Kennedy. Les locaux vont d’ailleurs bientôt être réaménagés pour optimiser l’accueil (en utilisant la partie du bas, notamment). Et comme quand on est jeune, on ne sait souvent pas du tout à quoi on a droit ou accès, c’est le bon endroit pour le demander : eux, ils savent, et ils sont là pour vous l’expliquer.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire