Non, peuple de Fréjus et des alentours, ceci n’est pas un article de hater patenté. Pourtant ça pourrait, mais ce ne sera pas le cas. Après avoir assisté, interloqués, à une cérémonie des Grammy Awards qui ne nous concernait que de très loin, nous avons voulu voir ce que pouvait nous proposer la France de la chanson. Evidemment, vous le savez si vous connaissez un peu la ligne éditoriale du magazine, basée sur nos goûts en matière de culture en tous cas, la variété c’est pas forcément le vecteur de sensations qui fait le plus vibrer notre moelle osseuse. En revanche, nous ne sommes pas du genre à hurler à la mort que « c’est tous des zéros » sous prétexte qu’on n’a pas les outils pour comprendre ce qui nous arrive quand on écoute un truc qui ne nous plaît pas. France Télévisions a servi le dîner vendredi dernier, on a tout mangé, on a digéré, à un moment donné, il faut bien aller à la selle. Let’s Go.
Quatre heures, c’est quand même 240 fois plus long qu’une minute.
Fin des hostilités : minuit 30. La vache, va pas falloir bailler trop vite, sinon on ne tiendra jamais jusqu’au bout. Dans la plus pure tradition des shows musicaux du service public, on savait déjà à l’avance ce qui allait nous tomber dessus. En vedette américaine, David Guetta, avec sa clé USB, son bras en l’air et son guest presque aussi connu que lui. En opération renouveau, Voulzy et Souchon, sorte de fil rouge de la soirée en quête de second souffle. En caution rock n’roll, Jean-Louis Aubert. Tout ça, c’est pour habiller le véritable noyau dur de l’émission, les récompenses, qui cette année, pour la 30e ont fait la part belle à la nouvelle nouvelle nouvelle nouvelle scène française, celle de l’électro qui ne tâche pas, du rock avec des synthés, des chanteuses à coupes de cheveux bizarres et des auteurs qui écrivent sur les croissants pas frais. 240 minutes d’ultra-violence.
Le palmarès derviche-tourneur
Connaissez-vous les derviches-tourneurs, ces danseurs traditionnels turcs qui valsent avec eux-mêmes comme des toupies ? Et bien c’est un peu de ce mouvement perpétuel à la portée de l’homme que s’inspire le palmarès des Victoires de la musique. De moins en moins de prétendants pour toujours autant de prix. Si t’aimes pas The Do ou Christine and the Queens, c’est mal barré parce qu’ils sont là partout. Bonne nouvelle chez Bah Alors ?, il y en a un qui n’est pas spécialement rétif aux relents rock-électro de la nouvelle (etc) scène française. Alors on essaie de comprendre ce qui se passe. Plutôt The Do que Christine, par contre. Ah, c’est elle qui gagne tout. Damned.
Stromae de la tête et des épaules, Julien Doré rigolo, Souchon/Voulzy…NSPP
En fait, quand on n’aime pas la musique mainstream mais qu’on regarde quand même ce genre de soirées, c’est parce qu’on cherche à tomber sur une bonne surprise. Il y en aura une très bonne, le Belge Stromae, avec une performance scénique vidéo-chorégraphiée super impressionnante, originale et vraiment pas dénuée de talent. Julien Doré en legging fait du Julien Doré, on aime ou pas mais il a au moins le mérite de proposer quelque chose de personnel. Restent les vieilles gloires : Aubert fait du Téléphone et ramasse un prix pour l’ensemble de son oeuvre, il a la bonne idée de jouer en live et d’être accompagné de son acolyte de toujours l’excellent batteur Richard Kolinka, sorte de Stewart Copeland français, toujours la pêche. Mais alors le duo Voulzy/Souchon…Quel ennui, les amis, mais quel ennui ! On s’était ému de savoir que les deux compères avaient fini par faire un album ensemble, 30 ans après. On se demandait pourquoi ils avaient mis autant de temps. Maintenant on sait. En fait c’est un peu comme la recette du couscous, cette association : dans le couscous, y a pas de merguez, ça c’est du couscous de çais-fran. Les gens aiment bien mais c’est contre-nature. Et bien dans Souchon, y a pas de Voulzy. Sauf que là, il en faut vraiment pas, tentative avortée d’épice insulaire dans un discours bien rural. Du coup j’ai menti dans l’intertitre. Et dans l’intro, aussi. Allez, c’est pas la première fois…

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire