« Tu sais que tu es de Saint-Raphaël Fréjus quand » …. Une phrase anodine qui a pris de l’importance et rassemblé plus de 10 000 personnes en moins d’ un an ! Elle correspond tout simplement à l’intitulé d’un groupe créé sur le réseau social Facebook, comme on en voit de plus en plus. C’est Bruna Formisano qui a eu cette idée en mai 2014. « J’avais vu d’autres groupes du même genre notamment pour Draguignan, donc je me suis dit pourquoi pas en faire un pour l’agglomération », explique la fondatrice. Pour l’accompagner dans ce projet, des membres modérateurs (1) l’ont rejointe . « Au départ membres actifs, ils ont postulé pour m’aider à gérer le contenu du groupe et à le réguler au quotidien afin que cela ne parte pas dans tous les sens. On a un groupe privé, le groupe des admis qui sert à parler des sujets sensibles entre nous. Et puis on se voit régulièrement aussi »

Alors que retrouve t-on sur cette fameuse page ? Au départ, l’idée était juste de répondre à l’intitulé de la page « tu sais que tu es de Saint-Raphaël Fréjus quand … », mais au fil du temps, les Fréjuso-Raphaëlois ont vite pris goût à faire partager leurs souvenirs, photographies des deux villes, puis se sont mis à discuter de l’actualité de ces dernières et à se renseigner les uns les autres sur les festivités à venir. Pour ceux qui n’auraient pas bien compris les règles, on retrouve une charte sur la page qui délimite ce que l’on peut publier ou au contraire ce qu’il n’est pas permis de poster.

Du virtuel au réel

« C’est parce qu’il y a ses règles que les gens restent. Chaque publication est vérifiée par l’un de nous. Si on estime qu’elle n’est pas en relation avec les thèmes du groupe, on la supprime tout de suite. On fait un nettoyage régulier pour actualiser ce qu’il y a de publié. Ce qu’on ne veut pas, c’est la publicité, les petites annonces, la politique, et des sujets qui peuvent créer la polémique mais tout est indiqué dans la charte. On tolère les recherches et offres d’emploi ainsi que les recherches de logement. » Pour les friands de petites annonces, un autre groupe s’est constitué « Je vis à Fréjus et je cherche ». Il y en a pour tout le monde !

Au delà des souvenirs et d’anciens clichés synonymes de petits trésors, de belles histoires ont vu le jour. « On a vu deux membres qui ont ont appris à se connaître et à échanger grâce au groupe et il n’y pas longtemps, ils ont fêté leurs neufs mois. Après plus simplement, on a des cartes d’identité ou des clefs retrouvées par le biais du groupe. Il y a une belle solidarité. On compte aussi des membres actifs qui sont devenus des piliers et lorsqu’ils ne publient pas, les gens s’inquiètent !», raconte un modérateur. Pour l’instant, tout se passe sur la toile mais Bruna et ses acolytes aimeraient monter une association afin de créer de futurs projets principalement autour d’actions citoyennes. En mai, une première journée de regroupement devrait voir le jour. 10 717 membres à l’heure où l’article est écrit et plus de 5 000 photographies partagées. Quelque chose nous dit que ce n’est pas prêt de s’arrêter

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire