Jérôme Julien et Charlotte Berthelier ont ouvert tout récemment le restaurant le Niçois à Port Fréjus. Sur le quai Cléopâtre, en face de la passerelle, le couple se fait plaisir en nous faisant plaisir. Passionnés depuis toujours par l’hôtellerie, ils veulent faire de leur établissement le petit restaurant ouvert à l’année où l’on sait que n’importe quand dans l’année, on mangera et on mangera bien. Puis du poisson en plus, et du frais de chez nous. Comme tous les produits, d’ailleurs. Rencontre avec les deux patrons.

Jérôme et Charlotte vous avait ouvert le Niçois il y a combien de temps ?

Charlotte : Une semaine et un jour.

Et vous avez les clés depuis quand ?

Jérôme : une semaine et deux jours !

C : Non ! Une semaine et cinq jours.

Vous êtes dans le métier depuis très longtemps, on a pu vous rencontrer dans d’autres établissements comme la Tonnelle, comment en êtes-vous venus à ouvrir un restaurant et en si peu de temps ?

C :Honnêtement, nous avons été déçus des derniers emplois qu’on a eu et un jour en regardant sur « le bon coin », on est tombé sur cette affaire où on était venu manger l’été dernier. On avait trouvé le cadre agréable et du coup on s’est dit « Allons-y ». Ça fait un peu plus d’un mois qu’on est sur cette affaire, le temps de faire les statuts, régler tous les papiers, voir comment on pouvait racheter l’affaire…

J : Pour les papiers, le temps semblait long mais c’était quand même rapide.

C : Oui ça était très rapide, mais on est très content. On a la liberté de faire ce qu’on sait faire et on a que des bons retours. Le mec du « Bouche à Oreille » ce sont des clients qui l’ont appelé pour venir !

Le Bouche à Oreille ?

J : C’est un magazine gastronomique, qui critique les tables dans le 83, le 06 et le 84 tiré à 130,000 exemplaires.

Ah c’est pas rien ! Pourquoi le Niçois ?

J : On a gardé l’enseigne parce qu’il y avait de très bons avis sur l’ancien établissement.

C : Puis changer l’enseigne c’est 5000€ et on part avec de petits moyens…

Et on y trouve quoi au Niçois ?

J : La spécialité est le poisson. On a un plat et une entrée viande à la carte quand même mais le reste c’est du poisson. On fait 4 entrées, 4 plats, 4 desserts, du frais uniquement, livré du lundi au dimanche.

En provenance de ?

J : Ici, Tamaris, que du local. Pareil pour les légumes.

C : On va souvent chez Marius, ou à la Vallée Rose pour chercher les fruits et légumes. On vend en vin, du château Paquette, Terres d’Estérel… On reste dans le local, histoire de promouvoir les produits de chez nous.

J : Et la carte change tous les mois.

C’est à dire ?

J : Au mois de juin la carte change, je travaille déjà dessus.

C’est pas trop compliqué ça ?

J : Non, comme je ne travaille qu’avec des produits frais, du coup je peux essayer plein d’idées en les mettant en plat du jour, pour voir la réaction des clients et mettre ou non ce plat sur la carte du mois suivant.

Et pourquoi la spécialité poisson ?

J : Je travaille dans le poisson depuis toujours, j’ai travaillé à la Tonnelle avec Hervé Guery qui m’a appris tout le poisson. Et comme je suis un gamin d’ici je connais les produits qu’on fait.

Et c’est quoi le grand plus ?

J : Manger du frais déjà. Du poisson frais.

C : On a pris une affaire qui est super sympa. Si on veut être dans un endroit cosy, au calme, on l’est peut être plus ici que sur la place.

J : Et sur la critique du « Bouche à Oreilles » on nous a comparé à un Bib gourmand.

C : Avant d’avoir des étoiles, le guide Michelin attribue des bib gourmand. C’est preuve d’une brasserie de qualité. Pour lui, on fait parti des meilleurs tables de Fréjus Saint Raphaël. Ça fait du bien de l’entendre, comme de voir la poubelle de la plonge quasi vide à la fin du service. Les clients aiment ce que fait Jérôme.

A propos de l'auteur

Articles similaires

2 Réponses

  1. Landois carole

    J’ai connu charlotte petite et ne l’avait pas vu depuis tres tres longtemps contente de voir qu’elle a bien réussi et fait ce qu’elle aime.
    Bon vent

    Répondre
  2. guillaume puit

    Toutes mes félicitations!!!!
    Je vous souhaite du succès pour le futur.

    Répondre

Laisser un commentaire