Quand on le regarde exercer son art, oui car c’est bien de l’art, on a du mal décrocher. Lionel Carletti, 29 ans, est responsable barman à l’Obsolète depuis la rentrée, l’établissement situé sur le port Santa-Lucia. Loin d’être novice en la matière,  le natif de Fréjus a récemment pris la deuxième place d’un concours national organisé par la filiale française de Brown-Forman, une des sociétés américaines les plus importantes dans la distribution de boissons alcoolisées. Pour se retrouver en finale, il fallait d’abord se démarquer parmi plus de 100 candidats à travers le pays. Le Fréjusien passe cette première étape et s’envole vers la capitale pour disputer la grande finale avec 14 autres concurrents. Tous se sont retrouvés au Bastielle Design Center. Devant un jury de huit professionnels, les 15 bartenders devaient réaliser deux épreuves. La première consistait à produire une variante d’un cocktail classique, à savoir le Mint Julep. « C’est une recette que j’avais plus ou moins travaillée. Je l’avais imaginée sans penser que ça pourrait me servir un jour pour une compétition », nous confie Lionel. Une timbale en inox, de la menthe fraîche, du sucre blanc, du Jack Daniel’s Barrel, un concentré aromatique au chocolat, une liqueur bénédictine, le tout  fumé avec des copeaux de fûts de Jack Daniel’s, d’où sa nomination, Smoky Julep. Le tour est joué et la recette a visiblement séduit le jury puisqu’il se retrouve dans le dernier carré. « Pour la deuxième épreuve, c’était un peu comme dans top chef, de l’improvisation.On avait un panier devant nous avec des fruits, légumes, des épices et bien-sur des boissons. L’idée est venue tout de suite. On retrouve toujours les saveurs que l’on connaît. »
«  Transmettre mon savoir »
Cette fois-ci, on retrouve du concombre, du sirop d’agave, du Jack Daniel’s au miel, de la tequila et du citron vert. Après les délibérations, le Varois prend finalement la deuxième place et gagne un voyage à Berlin. « Il y avait beaucoup de pression et de stress mais aussi une belle solidarité entre tous. Même si l’esprit de compétition était bien là, je n’ai pas ressenti d’animosité. On a tous la même passion mais on vient d’horizons différents, c’est enrichissant. J’ai hâte de partir en voyage et de découvrir une autre culture. »
Un CAP hôtellerie restauration à Prom’hote à Saint-Raphaël, puis un BEP et un bac pro au lycée du parc impérial à Nice, Lionel aura le déclic lorsqu’il fera son alternance au Negresco à Nice dans la sommellerie. « Ça a été une révélation. Mais il me manquait quelques chose, la créativité. Je suis donc parti à Londres, la capitale européenne du cocktail,  pendant un an et j’ai pu augmenter mon niveau. »
Spécialisé dans la mixologie, Lionel Carletti est passionné dans l’art et la manière de réaliser ses cocktails sur le fond, la forme mais aussi l’histoire de la boisson. « J’aime faire du sur mesure pour les clients », ajoute-il. Sur la carte de l’Obsolète, le spicy mojito ou encore le honey daily jack remportent un franc succès. Ou même encore le lemon pie, la tarte au citron meringuée revisitée. « Je remercie déjà Loïc Désormaux de laisser libre court à ma créativité.  Je me bats pour initier la clientèle de la côte d’Azur à la culture bar et leur faire découvrir de nouvelles choses. C’est entrain d’exploser même si le sud-est est encore un peu à la traîne. Ça se développe progressivement grâce notamment à la mention bar située à Nice qui forme les jeunes. J’ai moi aussi envie de transmettre mon savoir. Je reçois des jeunes ici en master-class. »
L’heure tourne, on doit laisser notre cher barman se préparer pour accueillir ses clients. Et les faire voyager. Gustativement.

Laisser un commentaire