Par Nicolas Pérave

 

Il a 17 ans, il est gardien de but, et parce qu’il a un nom de famille qui ronfle comme un moteur de Lamborghini, il est déjà au cœur de toutes les spéculations, au centre de tous les médias, en une de tous les journaux de sport. Lui, c’est Luca Zidane, un gardien de but de 17 ans comme il en existe pas mal d’autres, qui a eu le bonheur de sortir des tirs au but en demi-finale de l’Euro des moins de 17 ans. Tout le monde s’en moquerait s’il s’était appelé Zidène, comme dans les premières moutures de PES, à l’époque où le jeu de Konami n’avait pas les licences. Mais non, comme Enzo, il est bien le fils de son père. Alors la France du ballon rond s’attend à ce que Luca devienne le meilleur gardien de but de l’histoire du football. Parce qu’il est obligé, sinon il sera ridicule. Et la France du football, elle en parle. Elle n’a même parlé pratiquement que de ça, cette semaine, puisque la Ligue 1 c’est fini, que les bleus ne se sont pas encore réunis pour leurs matchs amicaux, et que le mercato n’a pas encore donné le moindre signe. Donc cette semaine, il y avait le cas Luca, sa Panenka loupée (un hommage à celle de son père réussie en finale en 2006 ? Mais de quoi on parle…), et ses trois arrêts brillants lors de la séance de tirs au but face aux jeunes Belges, en demie-finale d’un Euro remporté 4-1 face à l’Allemagne. De quoi bousiller une carrière s’il ne fait pas attention. La chance qu’il a, c’est d’avoir choisi un autre poste que celui de son père, erreur commise par son grand frère Enzo, qui galère en équipe de jeunes à Madrid (sauf qu’il a 20 ans et que ça semble, d’un seul coup, très compromis pour l’accession aux sommets de la Fifa). Sur Rmc, Daniel Riolo a parié que c’était une info passée au 20 heures, alors que dans l’absolu, l’euro des moins de 17 ans n’intéresse personne. Gagné, bien sûr. Parce que la France a besoin de se fabriquer des héros, elle attend le Messi. Sauf qu’il est Argentin, qu’il joue en Espagne, qu’il n’est le fils de personne, et que son pays attend encore qu’il lui fasse gagner quelque chose (allez, les JO en 2008). Prenons le temps, non ?

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire