Par Audrey Deschamps

Depuis que Loïc Geiler a pris la tête de l’équipe 1 il y a deux saisons, les volleyeurs fréjusiens réalisent pratiquement un parcours parfait. Un titre de champions de France (saison 2013/2014), une montée en Nationale 1, et un titre de vices champions de France, synonyme d’accession en ligue B. Les moyens encore trop limités du club ne permettent pas eu groupe de jouer dans cette division. Loïc Geiler et ses troupes repartent donc pour une nouvelle aventure en Nationale 1, avec toujours la même détermination et cette cohésion qui a souvent fait la différence.

Vices champions de France, une place attendue ?

Non pas vraiment ! Le fait de ne pas avoir de pression sur les épaules par rapport à un enjeu a bien aidé. On n’ avait rien à jouer, on a rien lâché jusqu’au bout. Ca vient nous récompenser de tous les efforts accomplis.

En début de saison, pensais-tu que vous aviez le potentiel pour faire ce parcours là ?

Non pas du tout ! Notre ambition folle de début de saison était la qualification pour les play offs et déjà ,ça me paraissait un objectif hyper élevé. C’est que du bonus. Ca prouve qu’on fait du bon boulot, il ne manque plus que les moyens !

Qu’est ce qui a fait la différence entre vous et les autres équipes ?

Sur le plan du jeu, techniquement et physiquement, si on les prend tous les joueurs un par un, les autres sont mieux armés que nous je pense. Ce qui fait la différence, c’est notre cohésion et notre entente, le fait que l’on ne soit pas professionnel et que ce soit avant tout des démarches personnelles. Tout le monde est à fond sur le projet. On arrive à maintenir ça sur toute la saison. On prend du plaisir sur le terrain. Notre collectif, c’est ça qui fait vraiment la différence. On a des individualité forcément pour arriver là où on est mais si on fait la moyenne, on n’est pas en haut du chapeau.

Quels sont tes meilleurs et pires souvenirs de la maison ?

Le match à la maison contre Strasbourg, car c’était un match très accroché avec une bonne ambiance et celui aussi contre les Herbiers pendant la première phase où on est parti sans Nicolas notre premier passeur. On s’est dit que l’on verrait bien et une une espèce d’osmose s’est créée, rien de pouvait nous arriver. Sans oublier la victoire à Saint Brieuc. Pour les pires, Halluin en terme de performance et celui contre Grenoble où là par contre je m’étais vraiment énervé. Mais mine de rien, ça nous a bien servi pour la suite.

Deux années à la tête de l’équipe, deux montées successives, de quoi être fier ?

Oui, je suis l’entraîneur mais on va dire que je suis celui qui décide en dernier. Je mets à contribution tous les joueurs sur le fonctionnement de l’équipe pour que tout le monde soit impliqué, motivé. Je pense que c’est ça qui fait notre force aussi.

Quels sont les objectifs sportifs pour l’an prochain ?

De confirmer ce qu’on a fait cette saison en se qualifiant pour les play offs et de terminer dans les 4/5 premiers. Pour montrer qu’on a la capacité de monter dans la division supérieure et de joindre à nous des subventions des collectivités locales.

Et au niveau de l’effectif ?

On attend de savoir qui va rester avec nous. On a déjà recruté Quentin Rossard comme passeur. Il nous reste ensuite deux cartouches. On a le droit à trois mutations. On est encore en phase de discussion avec les joueurs. Au niveau des certitudes, Damien Rahal et Vincent Lacombe quittent le club.

Un mot à rajouter ?

J’aimerais beaucoup recréer un trait d’union avec les anciennes générations de la section pour essayer de refaire vivre Sainte-Croix ! J’espère aussi que l’on va rester sur la même dynamique qu’en fin de saison, surtout au niveau du public.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire