Le musée archéologique de Saint-Raphaël accueille, durant trois mois, l’exposition éphémère « Divina Natura : les couloirs du temps. » Destinée à un large public, elle consiste en un parcours tactile, sonore et olfactif autour des civilisations antiques et de leur mythologie.

Après avoir voyagé dans plusieurs villes de France, l’exposition « Divina Natura » a élue domicile à Saint-Raphaël pour l’été. Elle a été inaugurée mercredi en présence d’une petite trentaine de personnes. La dernière création du collectif Artesens, qui existe depuis vingt ans, s’adresse à la fois aux enfants, aux non-voyants et à toutes les personnes qui ont un handicap. « On passe par le filtre des enfants pour l’accessibilité et le côté ludique et par celui des non-voyants pour l’aspect tactile. Tout doit être accessible, aussi bien physiquement qu’intellectuellement » explique Françoise Reynette, l’organisatrice. Pour ce faire, le groupe travaille en partenariat avec des personnes non-voyantes qui se déplacent pour chaque exposition itinérante.

La nature et ses divinités anciennes

Le thème « Divina Natura » tourne autour de la fertilité de la terre et des mythes de la nature avec ses divinités anciennes. « J’ai sélectionné dans différents musées (Louvre, quai Branly, British Museum, musée de Copenhague etc) des œuvres majeures qui traitent de ces sujets. Avec mes associés, nous avons également choisi des objets différents comme des sculptures en bois, en pierre et des objets d’orfèvrerie. » En mettant en avant différentes formes, le collectif sollicite donc l’attention de plusieurs façons sur ces divinités anciennes qui étaient en connexion avec la nature. « C’étaient des êtres rayonnants qui permettaient aux hommes de faire des rituels et prières chaque printemps et d’ainsi ramener la fertilité à la fois des plantes, de la vie, de l’homme et des animaux. » précise Françoise Reynette.

Un travail de collaboration

Pour « Divina Natura », cette dernière s’est occupée aussi bien de trouver le financement que de l’organisation. Elle a été, de ce fait, en charge de l’itinérance et a travaillé avec des plasticiens et artistes. « Je choisis les villes, mais nous avons aussi des collaborations comme avec la ville de Saint-Raphaël qui dure depuis dix-huit ans. » Deux ans après la création du collectif, la première exposition avait eu lieu au centre culturel de la ville. Fin août, l’exposition retournera au Pays d’Aix où une tournée à déjà débuté.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire