Implantée à Saint Raphaël depuis mars 2012, la boutique franchisée Newteon propose une large gamme de vélos électriques. Pascal Feyfant, son responsable, reste confiant sur ce marché en pleine expansion depuis quelques années. Et même si l’engouement médiatique s’est quelque peu dissipé, sa petite entreprise ne connaît pas la crise.

Avant de tenter sa chance dans la vente de vélos électriques, la société Newteon a débuté en important des véhicules utilitaires électriques. ‘’On vendait des Fiat Fiorino et Doblo qui étaient électrifiées en Italie. Nous étions les seuls en Europe et en France à commercialiser ces véhicules adaptés à la route’’ explique Pascal Feyfant. Ce n’est qu’il y a cinq ans, date de l’essor du marché, qu’elle s’est tournée presque exclusivement vers les vélos. Aujourd’hui, pas moins de quatre magasins ont été ouverts proposant un grand nombre de modèles allant du vélo pour enfants au VTC.

Profiter sans faire d’efforts

Concernant son utilisation, Pascal Feyfant précise que ‘’le vélo électrique reste avant tout un vélo, ayant en parallèle une assistance électrique déclenchable notamment dans les côtes. L’assistance est là pour vous aider à faire moins d’efforts.’’ Pour lui, ce procédé permet donc aux personnes de pratiquer en ne profitant que des avantages (sans la transpiration). Toutes sortes de clients viennent dans sa boutique; de la personne qui recherche un moyen de transport doux pour se rendre au travail aux vacanciers pas vraiment sportifs. Et depuis trois ans, les VTT avec assistance électrique ont pris une place importante dans le secteur. ‘’De grandes marques comme Cannondale ou Scott ont ainsi intégré dans leur catalogue les mêmes produits qu’ils avaient, sans assistance’’. Afin d’améliorer la qualité de service, les collaborateurs ont également créé une franchise qui leur a permis de mettre en place une charte graphique au niveau des meubles et de la présentation des choix de produits. Leur premier franchisé a ouvert il y deux mois vers Angers.

Une boutique qui se porte bien

La concurrence? Elle n’effraie pas Pascal. Selon lui, ‘’plus il a de concurrence, plus ça rassure le marché’’. Il explique ainsi que pour se maintenir, il suffit de se positionner par rapport à ce que va faire le concurrent. ‘’La boutique ne rencontre aucun problème. De toute façon, quand on s’est installé ici, on avait déjà fait des études de marché local. La différence entre eux et nous, c’est qu’eux peuvent avoir quelques vélos électriques alors que nous, nous sommes spécialisés dans la vente de VAE’’. Cela voudrait donc dire que le vélo électrique n’est pas seulement un effet de mode? A en croire le responsable, c’est tout le contraire. Il assure que le marché français a encore beaucoup à faire par rapport à ses homologues européens surtout en terme d’aménagements de pistes cyclables. ‘’Rien que pour Saint-Raphaël, il n’y pas un seul parc de stationnement de vélo. Il y en a pour les scooters, et c’est une bonne chose mais c’est tout. Plein de touristes se baladent en vélo et ne savent pas du tout où les garer’’.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire