Vous êtes comme tout le monde, toujours contents de faire une bonne affaire, si petite soit-elle. Et bien sachez qu’à partir de ce dimanche 28, et jusqu’à mercredi, c’est la fête du cinéma 31e du nom. Ce qui veut dire que pendant 4 jours, toutes les places de ciné sont à 4 euros ! Alors évidemment, vous connaissez tous le problème : la fête du cinéma, c’est en même temps que l’été, et en été, il y a surtout des bons gros blockbusters bien bas du front pour occuper les cinéphiles les moins exigeants. Alors ce qu’on va faire, c’est qu’on va essayer de vous donner envie d’aller au ciné pour pas cher, et tant qu’à faire, por y voir de bons films.

Sean Penn, Vincent Cassel et un remake nécessaire. Ou deux.

Sean Penn dirigé par un autre que lui-même, ça devient rare. Normal, quand on sait que le monsieur est derrière quelques grands chefs d’oeuvre du cinéma américain récent (que celui ou celle qui n’a pas aimé «Into The Wild» me jette la première pierre, je la lui renvoie sans faute). Il est ici engagé en tant que simple acteur, dirigé par Piere Morel dans «GunMan», un action movie à la Bourne Identity. Pourquoi pas, faut voir. Mais on se doute que Sean choisit bien ses films, puisqu’il n’a plus rien à prouver, et sûrement pas un grand besoin d’argent. Vincent Cassel est un peu dans le même cas, depuis qu’il triomphe dans les films internationaux («Black Swan», par exemple). Il est cette fois-ci dans une production franco-française, «Un Moment d’égarement» de Jean-François Richet. Une histoire qui rappelle un peu le film de Claude Berri…ah ben c’est parce que c’est un remake. Donc pour rappel, Jean-Piere Marielle, la belle cinquantaine, tombait amoureux d’Agnès Soral, 14 ans à tout casser. Ici, le rôle masculin de celui qui flanche est repris par Vincent Cassel, et celui du père de la fille (Victor Lanoux à l’origine) est campé par François Cluzet.

Qui se souvient de Poltergeist ? Pas le film zéro avec Clovis Cornillac qui organise des soirées gay dans un garage, celui de Tobe Hooper («Massacre à la Tronçonneuse», quand même), de 1982, avec des esprits qui hantent une maison de manière particulièrement agressive. Sachez qu’il y aura un remake au cinéma, à partir de ce mercredi. S’il est vrai que l’original vieillit un peu mal sur le plan graphique, rien ne dit que l’amélioration des effets spéciaux va laisser l’angoisse glacer votre sang aussi bien que la version du maître savait le faire. On va bien voir !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire