Vous n’avez pas pu y échapper, depuis le succès mondial de la trilogie « 50 nuances de grey » de E.L James, les romans d’amour érotiques ne se sont jamais autant vendus. A chaque fois, c’est à peu près le même scenario : une histoire d’amour passionnée sous fond de sexe et de domination, parfois mentale.

C’est sur cette vague qu’a surfé Anna Tood, l’auteur de la saga After. Cette Américaine, adepte de fan-fictions et de boys bands, a réuni ses deux passions en créant l’histoire d’Hardin et Tessa.
After, c’est donc la rencontre de Tessa, une jeune étudiante brillante et ambitieuse à qui tout réussi et d’Hardin, un beau gosse tatoué, bad boy, cruel et provocateur. De la rencontre inopinée dans le dortoir de la faculté où étudient les deux adolescents va naître un jeu malsain du chat et de la souris qui va se transformer en amour aussi fort que destructeur. Dans chaque tome, la personnalité des personnages est un peu plus dévoilée et l’amour qu’entretiennent les deux héros devient plus intense.
Alors, il est vrai que dans ce roman il n’est pas question d’un milliardaire ultra-puissant qui aime pratiquer l’amour SM dans une chambre de la torture mais la psychologie des deux protagonistes n’est pas bien différente. Il y a l’homme recherchant toujours à jouer avec le sexe opposé sans jamais tomber amoureux mais qui fini par succomber. Et la femme, timide au commencement, qui gagne en assurance au fil de l’histoire et devient indépendante.

La version plus sage

C’est un peu le même concept qu’on retrouve dans la saga « Beautiful » de Christina Hobbs et Lauren Billing. Le premier romain, « Beautiful Bastard » se rapproche beaucoup de « 50 nuances de Grey » même si qualifié de plus soft par plusieurs médias.
Mr Bennet (à noté la référence avec « Orgueil et préjugés » de Jane Austen) est un chef d’entreprise beau et riche et surtout incroyablement arrogant. Son assistante, Chloé, travaille avec lui au quotidien et tente de surmonter ses excès. Alors que les deux héros étaient prédestinés à se détester jusqu’à la fin de leurs jours, une passion sexuelle va se créer entre eux avant de se changer en amour. Confrontés à de nombreux problèmes liés à leur relation, ils vont tenter de conjuguer travail et plaisir. Contrairement à ce qui a été fait dans les autres romans, c’est cette fois-ci l’homme qui tombe éperdument amoureux en premier. Mis à part ce changement, c’est un peu du déjà vu même si l’histoire reste agréable à lire.

Mais pourquoi un tel succès?

On ne va pas se mentir, les livres d’amour fédèrent le plus souvent un public féminin (même si quelques hommes se surprennent à en lire). En général, ce qui plaît le plus, c’est que, quoiqu’il se passe au début, l’amour finit toujours par triompher. Il faut pourtant croire que les histoires à l’eau de roses ont finit par lasser, au fil des années, les lectrices qui demandent aujourd’hui un peu plus de piquant. Dans « 50 nuances de Grey » et autre « Beautiful Bastard », les héros tentent des expériences sexuelles que certain(e)s n’oseraient imaginer et rêver. De plus, les personnages apparaissent aussi plus complexes et torturés. Il est possible de s’attacher plus facilement à eux car leur vécu se rapproche de celui d’un grand nombre de personnes. Mêmes si les histoires se ressemblent toujours un peu, ces romans sont plaisants à lire et à en juger par le nombre d’exemplaires vendus, l’engouement qu’ils provoquent n’est pas prêt de s’étioler.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire