Je les trouve de plus en plus cinglés. Pourtant j’ai quoi, dix ans de plus qu’eux ? Un vieux, voilà ce que je suis, un vieux, aux yeux d’autres gens qui sont jeunes comme moi. Hier encore, j’avais 20 ans. Et je ne me souviens plus d’à quel point j’étais con. J’essaye souvent d’expliquer qu’on était différents, nous les gens nés dans les 80’s, mais en fait…Je me leurre complètement. On est tous des jeunistes dans l’âme quand on est du bon côté de la barrière. Et puis, bon côté ça ne veut rien dire. Est-ce qu’être né avec les Anges de la télé réalité 4 c’est préférable au fait d’avoir utilisé un Minitel ? J’en suis pas sûr. Ce qui est préférable, c’est d’avoir la fesse assez ferme pour porter fièrement le mini-short en jean sans jamais aller faire une fente entre midi et deux, et sans même savoir ce qu’est un cours de RPM. Effectivement, pour ça, il est préférable d’avoir 20 ans. Mais posez-vous la question : est-ce qu’on essaye de se mentir jusqu’à l’agonie quand on estime que l’on est plus heureux à 30 ans qu’à 20 ? Bonne question. Moi j’aime bien l’idée qu’on est des éponges à sensations, qu’on en sait plus sur le monde et sur nous-mêmes au fur et à mesure que les choses se passent et que le temps avance. Alors surgit une autre question : est-ce que plus j’en sais, mieux je me porte . C’est encore moins sûr, ça. Plus on vieillit, plus les gens décevants le sont par essence, plus les choses qui nous dérangent sont identifiées, plus les problèmes qu’on développe ont une ampleur réelle, et pas fantasmée. La bonne nouvelle, c’est qu’on apprend tranquillement à gérer tout ça plus sereinement, parce qu’on n’a plus le temps ni l’envie de s’énerver dans le vide à faire avancer des pédalos sur un flanc de montagne. On lâche prise plus volontiers, puisqu’on sait mieux ce qu’on peut faire ou pas. Plus on en sait, plus on sait qu’on n’en sait pas tant que ça. Alors soit on s’en inquiète et on essaie d’y remédier, soit on se lamente et on se rappelle de l’époque où on était aussi cons qu’heureux. Mais si ça implique de sombrer dans la dépression pour un exam foiré ou pour un mec un peu plus cool que les autres qui s’est tapé sa voisine, ça ne vaut franchement pas le coup. Avec l’âge, on apprend surtout une chose : dominer ses émotions. Alors vous allez me dire que ça nuit à la poésie de la vie, que c’est triste. Débrouillez-vous simplement pour en tester des plus fortes qu’avant, vous vous sentirez vivre, comme à 20 ans. Et souvenez-vous de ce que vous valez : vous êtes des produits upgradables à l’infini, vous allez juste courir un peu moins vite…dans 20 ans, y a le temps.

 

Charles Avnazour

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire