Draguer des filles, j’en ai assez. C’est surtout le renouvellement d’expérience, qui me fatigue le plus. Repartir de zéro, à chaque fois. C’est épuisant de faire l’effort de découvrir quelqu’un, surtout quand on a compris que les étapes à traverser sont toujours plus ou moins les mêmes. Il y a d’abord la rencontre, dans le meilleur des cas elle se fait au hasard. Dans le pire, elle est provoquée. Il faut ensuite discuter, puis se quitter. Négocier pour un prochain rendez-vous, essuyer un refus, un lapin, un contre-temps. Se retrouver l’un en face de l’autre dans une atmosphère tendue. Et quand on est bien éduqué, assis en face d’une personne qui l’est un peu moins, affronter un ennemi contre lequel on ne peut rien faire : un putain de téléphone portable. Un objet pratique et insupportable, qui nous réduit tous en esclavage, et qui bousille tous nos plans drague s’il s’insère dans le tissage de liens entre les personnes. Je suis un homme, je n’ai pas besoin d’un copain pour aller pisser. Je n’ai pas non plus besoin d’envoyer 95 textos par jour à ma mère pour savoir si ma soeur va bien, si le chat de la famille a bien mangé, si la porte du frigo a fini par fermer correctement. Et je ne dis pas que toutes les filles font ça, en fait je ne sais pas à qui sont destinés les milliers de textos qui s’échangent entre celles qui sont en face de moi et le reste du monde. Mais quand j’arrive dans un resto avec une «potentielle», je deviens littéralement obsédé par son rapport au téléphone. Je prie pour qu’elle l’éteigne. J’indexe l’intérêt qu’elle me porte à celui qu’elle entretient avec son portable. C’est un excellent moyen de savoir si l’on plaît à quelqu’un : pourquoi une personne qui s’intéresse à vous aurait-elle besoin d’être constamment liée avec des gens qui ne sont pas là ? Vous, vous êtes là, alors le moment de s’intéresser à vous est tout trouvé ! J’ai un petit passé de chanteur pour dames, et j’en ai vu défiler pas mal. J’ai bien analysé ce truc-là : les filles à textos, c’est définitivement pas mon truc. Et j’irais même plus loin que ça : elles n’ont pas le temps de s’intéresser à vous, elles ont trop de bordel dans la tête. Vous n’êtes qu’une composante supplémentaire de ce merdier. Vous êtes une particule, vous ne servez à rien. Votre but, mes amis, c’est de la faire lâcher son téléphone. Mais ne vous faites pas d’illusion : si les circonstances sont réunies, et que vous lui plaisez vraiment, elle le fera d’elle-même. Si elle passe son temps à envoyer des sms juste en face de vous, c’est que vous l’ennuyez. Et si vous l’ennuyez et qu’elle n’a pas la délicatesse de le cacher, c’est qu’il faut de toute urgence vous désintéresser de cette connasse sans éducation. Draguez la serveuse, elle n’a pas le temps, mais elle a une bonne raison, elle.

PS : ma productrice vient de lire ce billet, et après m’avoir giflé, elle me soutient que les mecs font pareil. J’ai répondu que je le sais, mais que si elle avait des velléités d’éditorialiste, il suffisait quelle m’envoie un texto pour me le dire, comme d’habitude. Elle m’a re-giflé.

Jules Hienclair

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire