Avec peu de choses on peut faire des trucs incroyables. C’est une sorte de spécialité pugétoise, ça : faire de l’énorme avec rien ou presque. Le Puget Live Festival étant mis en suspens, la Pinède des Aubrèdes risquait de passer un été 2015 bien terne. C’était sans compter sur l’énergie du service animation de la mairie, drivé par Vanessa Vegas et piloté par Lucie Ronchieri, l’élue en charge de ces dossiers-là. Offrir à la ville une fête digne de ce nom pour pas trop cher, et gratuite pour le public, c’était possible, encore fallait-il trouver les bons intervenants. Puget a du nez, croyez-le bien !
Une jeune pousse et un sosie sonore de Van Halen
Pour ouvrir la soirée, il y a d’abord eu sur scène la jeune Manon Chemam, qui diffuse depuis un petit moment déjà son talent pour la reprise bien sentie à travers toute la Cavem. Entourée pour l’occasion de musiciens expérimentés, elle a su donner une seconde jeunesse à des chansons la plupart du temps plus vieilles qu’elle, comme des hits de Nirvana, de Radiohead ou même de 4 non-blondes, groupe aussi oublié que génial le temps d’une chanson de 4 minutes. Comme en plus elle bénéficie d’un soutien sans faille du bassin local qui s’est pris d’affection pour cette jeune chanteuse qui grandit sur scène avec les années, elle était la personne parfaite pour ouvrir le bal.
Pour le clôturer, il fallait du gros matos. Et avec le groupe Synthèse, spécialiste de ce genre de manifestations grand public, il y avait tout ce qu’il fallait : du gros son impeccable (Pan Pot aux manettes, comme aux Arènes de Fréjus, avec les patrons themselves derrière les consoles), une setlist remplie de tubes imparables, de U2 à Téléphone en passant par Springsteen, et surtout, deux titres de Van Halen, manifestement la plus grosse influence du guitariste du groupe. Les vrais amateurs de musique ne s’y sont pas trompés, ce gars-là n’était pas là pour se moquer du monde : de bons gros soli envoyés pleine poire, avec un son énorme, une solide technique, ça sonnait du feu de dieu. Deux heures de spectacle de très grande qualité, avec énormément de monde pour un concert sans aucune tête d’affiche.
Gageons que les food-trucks, la buvette et tous les autres stands ont contribué à ce que la ville de Puget passe une bonne soirée. De bons artistes, un programme pas compliqué, pour un budget ultra-serré, c’état sûrement la meilleure solution pour combler le vide laissé par l’absence du PLF. En attendant des jours meilleurs, il n’en fallait pas plus pour passer une belle soirée. Et on ne demandait rien de mieux

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire