Vus le savez, le mois de septembre, pour les auteurs e livres, les éditeurs, et les libraires, c’est un peu comme Pâques pour les chocolatiers : le moment à ne surtout pas rater. C’est doc la même chose pour les lecteurs que nous sommes. Cette saison, on dirait qu’en dehors de Houellebecq et d’Ana Gavalda, tout le mone s’est donné rendez-vous pour pondre un nouvel opus qui va s’insérer dans la guerre des étals. De Beigbeder à Amélie Nothomb, en passant par les néo-blockbusters Olivier Poivre d’Arvor, Delphine de Vigan ou Mathis Enard, ça va être riche en exemplaires vendus. Même Jean d’Ormesson sera de la partie !
Les grosses attentes
Parmi ceux que les lecteurs attendent au tournant, Jean-Christophe Grangé se fend d’un « Lontano » qui va vous plonger dans une sombre histoire politico-criminelle qui se déroule entre le Zaïre et la Bretagne, avec un ancien barbouze des années 80 aux prises avec un abominable tueur ritualiste. Une histoire qui sent bon la déviance et la haine, comme d’habitude avec un auteur qui pour l’instant n’a pas vraiment déçu.Yann Queffélec évoque enfin son auteur de père dans un nouveau livre, « L’homme de ma vie », qui en dira long, on s’en doute, sur les origines de son oeuvre, sa personnalité, et ses rapports très difficiles (mais tendres quand même, il l’expliquera lui-même dans ses pages) avec un père taquin, parfois un peu cruel, mais qu’il admire quand même. Au rayon des auteurs très attendus à la rédaction, il y a le toujours intéressant Nicolas Fargues, un type qui a consacré sa carrière littéraire aux personnages alambiqués et aux rapports avec les femmes, toujours très compliqués. Ici, il met en scène dans son « Au pays du p’tit » un don juan de 44 ans, un peu sur le retour, convié à conférencer sur son livre anti-français qui vient de faire un scandale dans sa mère patrie. Encore un bouquin haut en couleurs a priori, signé par un auteur toujours un peu sous-estimé !
Pour le reste, sachez simplement qu’il y aura à la rentrée plus de 580 nuveaux romans dans les rayons (oui, c’est proprement hallucinant), et qu’il va falloir faire un choix. N’hésitez pas à varier les plaisirs, à tester du français si vous êtes branchés littérature étrangère et inversement. Faites es expériences, c’est le meilleur moment de l’année pour ça. Les rayons sot pleins, pourvu que les bibliothèques le deviennent aussi !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire