Monter une petite équipe pour participer à une course, ça se fait assez vite. Monter une équipe de trois filles, pour réunir 15 000 euros de budget auprès de mécènes, partir au bout du monde, à Bali, dans un raid su plusieurs jours, c’est tout de suite plus intéressant. On vous avait déjà parlé de leur périple au moment de leur départ, elles sont aujourd’hui revenues sur le plancher des vaches bien français, pour nous raconter leurs histoires folles, entre accident de VTT, hôtels de luxe, et pagaie double.

Debout 4h30

Bali, terre exotique, où les singes pickpockets sont légion, où la jungle et la ville sont collées, où les terres invilolées font face aux hôtels rutilants. C’est là que s’est déroulé cette année le désormais célèbre raid des amazones, qui oppose des teams de filles au tempérament bien solide et téméraire. Au programme, des treks, de la course à pieds, du vtt, du tir à l’arc, plein de choses hostiles, et un peu de détente aussi. Et tout commence à 4h30, tous les matins.

Les filles sont très heureuses d’avoir fait de bonnes places lors des épreuves, dont une très belle 3e place (sur 72 équipes) dans le dernier trek, comme l’explique Gwenaëlle, l’une des trois aventurières : « on a été surprises de faire aussi bonne figure, même si on s’était entraînées correctement, on aurait pu se préparer encore mieux. Il y a des épreuves qui étaient compliquées, comme le canoë, là on peut faire beaucoup mieux. » « Le problème, c’est qu’avec les bonnes places, tu commences à te prendre au jeu, et t’as envie de monter dans le classement », explique Jenn, sa co-équipière. « Le canoë c’était difficile parce que les conditions n’étaient pas bonnes, y avait du vent, des vagues, et on s’est entraînées à la pagaie double alors que c’était en pagaie simple avec un barreur. Mais ça Julie le savait, puisqu’elle avait fait le raid il y a deux ans ! »

Beaucoup de bons moments, et une histoire de porte

En dehors du « sketche », comme le dit Julie ellemême, du canoë, le reste s’est plutôt bien passé, avec beaucoup de sérieux. Parce qu’il fallait assurer sur les épreuves, et se lever très tôt. Pas des vacances. « C’est très bien organisé, l’esprit est top », comme l’explique Jenn. « Cet endroit est magnifique, on était super bien logées, les parcours sont énormes, même si quand on s’est vues douzièmes on a commencé à tout donner donc un peu moins de temps pour profiter du paysage. Et en plus, il n’y avait aucun mauvais esprit, les filles viennent pour s’amuser, délirer, certaines vraiment pour gagner, mais l’ambiance est bonne, on s’encourage beaucoup. » « Aucune crasse », dit Julie, « certaines avaient un gros niveau, en plus elles sont parties dans les premières, donc lors des treks ou des parcours VTT, elles n’avaient pas besoin de doubler les gens. Quand on s’est retrouvées dans les rizières, dans des passages de grimpette, il a fallu qu’on attende derrière les filles devant nous. On a clôturé tard notre inscription, donc on a été 62e sur 72 sur la feuille de départ ».

Merci au dernier sponsor (Château Rasque, NDLR) qui leur a sauvé la vie au dernier moment, la veille du départ, pour boucler leur budget. « On va d’ailleurs faire une petite soirée là-bas pour fêter le retour », explique Gwenaëlle. « Pour l’instant on est encore un peu làbas, une fois la soirée passée ce sera derrière nous. » Et que reste-t-il des vacances ? « Des après-midis libres avec un peu de shopping, des visites culturelles programmées dans les temples, on a aussi rencontré un villageois, on a vu des danses, des peintures sur des œufs,
on a mangé des crêpes vertes sans œufs hyper bonnes, on a appris beaucoup de choses qui sont très éloignées de nous et de notre culture. » « En plus on a participé à un Cluedo géant, donc on avait toutes notre guide du routard, c’était magique, ce truc », raconte Julie. « Le mec qui a préparé le jeu est complètement taré, c’est son métier de préparer ces trucs-là, il nous a pris la tête toute la journée, on était à fond dans le truc ! »

Et quand on leur demande si entre elles, l’ambiance était bonne, la réponse de Gwen tombe sous le sens : « on avait chacune nos disciplines, on s’est beaucoup encouragées. Le canoë, on a un peu guelé (rires) ! Mais on s’est bien entendues, on s’est dit les choses. On était toutes les trois dans la même chambre, classe, mais sans portes, donc les toilettes, la salle de bains, c’était …spécial ! Avec Jenn on se connaissait bien, mais pour Julie au début on sortait de la chambre. A la fin on ne sortait plus. »

Et l’an prochain ? Ce sera différent ! « Moi l’an prochain j’ai très envie d’y retourner, par contre avec une meilleure préparation, j’y vais pour gagner. Et puis on va commencer à travailler sur le budget dès maintenant, comme ça ce sera plus vite fait, et on aura toutes nos chances. » Et Julie et Jenn d’abonder dans le même sens que Gwenaëlle. Reste à trouver 15 000 euros, et à se trouver deux semaines pour la grande aventure. Après un beau voyage, beaucoup de bouffe épicée, un spectaculaire accident de vtt d’une concurrente qui s’est fracturée le foie (véridique), et une légère allergie solaire, il n’y a plus qu’à se préparer. Easy !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire