Quand les journalistes du meilleur magazine du monde prennent la décision de pondre un gros livre bien massif sur leur sujet de prédilection, c’est toujours un cas d’école : une mine d’or d’informations, de conneries grosses comme le Rocher de Roquebrune, de photos effrayantes de vérité historique, et un succès de librairie. Car oui, So Foot est le meilleur magazine du monde, devant nous, même. Et quand on est né, comme moi, en 1982, qu’on a connu les papinades, le transfert de Waddle, les tacles de Moser contre le Milan AC d’Arrigo Sacchi, l’attanque gênoise Vialli-Maldini, les sorties au poing d’Andreas Köpke, les larmes de Maradona en 90, le fair-play de Lineker, la moustache d’Artur Jorge et les coups de pieds sautés de Canto, on ne peut pas rester insensible à ce bouquin magique, qui retrace en un éclair de génie 10 ans de foot en maillots trop grands, en nuques longues et en arrêt Bosman.
C’est tout simplement ce qui pouvait arriver de mieux aux fans de foot, dans cette période pourrie où l’Angleterre achète tout le monde, où le Qatar organise la coupe du monde en hiver, où les clubs roumains ou chypriotes font peur aux Verts ou aux Girondins en Europa League, et où les transferts en euros et l’inflation débile ont fait du football business une bulle économique prête à exploser. Et ce sera sale, ils vont en foutre partout. Revivre un instant magique avec Maldini, Boksic, Ginola, Di Meco, Caveglia, Caldéraro, les PP flingueurs, ou même Lionel Charbonnier, pour le vrai fan qui pleure le folklore de son sport qui laissait encore jadis s’exprimer les gens intelligents, ça n’a pas de prix. Si, 32 euros. Les mieux dépensés de l’année.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire