Vous connaissez probablement Pôle Emploi, cet organisme qui depuis déjà quelques années regroupe l’ANPE et les ASSEDIC, et qui indemnise les chômeurs en les aidant à trouver un emploi. Pôle Emploi ne suffit pas toujours, et c’est là qu’intervient un organisme que vous connaissez moins, bien qu’on vous en ait déjà parlé il y a quelques temps dans nos lignes : La Maison pour l’Emploi. Dirigé par Isabelle Fotia, la Maison, c’est un outil statistique, d’analyse, mais aussi un formidable acteur économique qui organise des choses. La semaine dernière se tenait à Puget, Salle Victor Hugo, un forum «inversé» pour l’emploi des personnes en situation de handicap. Forum inversé ? Isabelle Fotia vous explique tout.
Isabelle, qu’est-ce qui se passe dans cette salle Victor Hugo, où tout le monde discute autour de plein de tables ?
C’est un forum inversé, que l’on appelle aussi un «candidating». C’est la rencontre entre des employeurs qui s’engagent pour l’emploi des personnes handicapées,et ces personnes, inscrites à Pôle Emploi. Un genre de Speed-dating. On a inversé la manipulation, c’est à dire qu’on est partis des travailleurs immédiatement disponibles. On s’est basés sur leurs compétences, et on s’est dit «dans ce public-là, il y a des compétences, allons chercher les entreprises qui vont avoir besoin de ces compétences».
Ce forum existe depuis un petit moment déjà. C’est la première fois que vous opérerez comme ça ?
C’est la deuxième fois. Les 5 premières éditions c’était un forum classique. Il y avait une douzaine d’entreprises, l’ensemble des acteurs du monde du handicap parce que c’est quand même un univers très particulier, surtout quand il s’agit de travail, on ne connaît pas toujours les codes et les acteurs. Et nous, on invitait toutes les personnes en situation de handicap inscrites à Pôle Emploi. Alors c’était un forum classique, avec les stands alignés, et 300 demandeurs. Les résultats en terme de retour à l’emploi n’étaient pas satisfaisants. Alors l’an dernier on a fait un test, avec des gens qui viennent de Draguignan jusqu’à Saint-Raphaël. On a aujourd’hui beaucoup de personnes suivies par Avicap Emploi, qui est un prestataire qui suit de près les personnes en situation de handicap à la recherche d’un emploi. Ils nous ont aidé à repérer des profils immédiatement employables. Donc les employeurs reçoivent aujourd’hui autour de tables rondes, présentent leur entreprise, et discutent avec des gens réellement susceptibles d’avoir des profils qui les intéressent.
Ce forum requiert une grosse organisation en amont ?
Oui et non parce que les entreprises qui nous accompagnent peuvent être considérées comme des partenaires, maintenant. Elles viennent régulièrement sur les forums. Les postes sont récurrents, elles ont des postes tournants, elles ont besoin de recruter, elles font une certaine taille donc elles sont obligées d’employer des personnes handicapées (au-dessus de 20 salariés, ndlr). On essaye, et on y arrivera, à attraper les collectivités territoriales.
Elles sont réticentes ?
Non, mais la conjoncture n’est pas très favorable. Et puis elles font appel à des structures qui elles-mêmes emploient des personnes handicapées, comme les ESAT qui elles mêmes travaillent avec des personnes handicapées pour le compte des collectivités.
C’est pour remplir les statistiques ?
Non, pas du tout, c’est une forme d’emploi. Et ça fait vivre ces belles structures. C’est un public qui a besoin d’être accompagné dans l’emploi, souvent.
Donc les recruteurs ne sont pas si difficiles à trouver.
On a mis un mois à trouver les 9 recruteurs. Par la fréquence des manifestations qu’on fait, et avec la confiance qu’on nous porte, on trouve des recruteurs assez facilement.
Les retours sont donc meilleurs avec la nouvelle formule ?
Oui parce qu’on invite des gens qui sont immédiatement employables et disponibles. Il n’y a pas de projet professionnel flou ou rêvé, de situation de handicap qui n’est pas encore stable. Là il n’y a que des personnes prêtes à prendre un poste immédiatement. On travaille beaucoup avec Avicap emploi, on a associé cette année les Pôles Emploi de Fréjus, Saint-Raphaël et Draguignan pour la première fois cette année. Les recruteurs sont dénichés de manière collégiale. On ne fat pas de communication, c’est uniquement sur invitation, sauf la sollicitation d toutes les entreprises de plus de 20 salariés, comme ça elles connaissent l’existence de cette manifestation.
Comment il est, le retour des professionnels ?
Il est très bon ! L’an dernier, les entreprises nous ont confié avoir eu de réels entretiens de pré-embauche. Contrairement à ce qui se passait avant, elles rencontraient beaucoup de monde, mais c’était moins efficace. On leur fait gagner beaucoup de temps !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire