Bon alors tout le monde le sait, le VII va sortir le 16 décembre. Et si tu ne le sais pas, la communauté mondiale de l’humanité te prend pour un caverneux qui ne sort jamais de chez lui. Star Wars est partout, comme jamais un truc n’a été partout. Même la Bible, même le livre le plus lu du monde, à savoir le catalogue international Ikéa, n’a jamais été aussi mis en avant que le prochain film de chez Disney. Pourquoi ? Parce qu’avant même d’exploiter la série, avant même d’avoir versé son cachet à JJ Abrams, avant même d’avoir projeté la première image sur un écran 3D Imax en THX ultra, réaliser un Star Wars chez Disney aura déjà coûté 4 milliards de dollars, rien qu’en droits d’auteur et d’exploitation, dont il a fallu s’acquitter auprès du plus grand homme d’affaires de l’histoire du cinéma, George Lucas. Bref, faut que ça marche, c’est pas une option, c’est une condition de survie. Mais que personne ne s’inquiète, ça va marcher.
La folie pure des produits dérivés
Vous l’aurez constaté si vous êtes natifs des années, on va dire, post 1993 : vous n’avez jamais vu autant de produits dérivés sur un film. Peut-être même n’avez vous pas saisi l’urgence ou la nécessité de produire et de vendre autant d’objets inspirés par une saga cinématographique. Il n’y a que deux solutions : soit on est un énorme geek fan de la série et on trouve cela merveilleux, soit on aime modérément, voire moins, et on hallucine littéralement sur cette invasion, cette OPA agressive sur nos paniers moyens, par la saga des sabres lasers et de la Force. Tous les magasins sans exception y vont de leurs articles estampillés «Made in Naboo», de Castorama avec les panneaux décoratifs et les guirlandes lumineuses, à bien évidemment tous les magasins de jouets, les boutiques culturelles, les supermarchés, les libraires…Tout le monde. Même les grandes chaînes qui sont d’habitude strictement alimentaires ou presque, comme les hard-discounters, ont droit à leurs cabas, cartables, articles jeunesse. Du moment qu’il y a un Wookie dessus, c’est vendable.
Les trucs les plus dingues
Sachez que l’univers Star Wars a quasiment pénétré toutes les strates du commerce. Certaines grandes marques,
comme Lego, le géant de la brique en plastique, en a carrément fait une série à part entière. C’est même sous l’étiquette Disney, donc, que Lego vend ses articles les plus chers, comme la fabuleuse Etoile Noire, ses 3500 pièces et ses 879 euros (à peu près). Le problème pour le fan compulsif qui voudra tout posséder à propos de la saga, c’est que c’est fondamentalement impossible. Des cartes à échanger aux flippers des années 90, en passant par tous les personnages statufiés, même les plus nuls comme JarJar Binks, il est impossible de compiler tous les objets créés, à l’époque, par les équipes de George Lucas, qui avait trouvé dans les produits dérivés le meilleur moyen de populariser la série, de faire des heureux, et surtout lui, parce qu’il s’en est mis plein les fouilles grâce à une clause magnifique qu’il a passée avec la Fox. Chaque fois qu’un produit Star Wars se vend, il touche quelque chose. Ce qui fait de lui le réalisateur le plus riche de la planète, loin devant les autres, avec une fortune de nabab dictateur sur une île déserte, soit environ 5 milliards de dollars. C’est beau, d’être clairvoyant !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire