Capture d’écran 2016-01-05 à 18.25.03

Les vacances de fin d’année ont été pour moi l’occasion de profiter de mes proches autour de délicieux repas et autres réunions familiales mais, bien entendu, de lézarder après plusieurs mois de cours acharnés. Comme chaque année, le même dilemme s’est présenté à moi : que vais-je bien pouvoir regarder ? Films, séries ou documentaires? Les éternelles romances de Noël ça va bien cinq minutes. Après une longue réflexion existentielle, les trois possibilités ont été finalement retenues. Et ce n’est qu’après des heures de visionnage que je suis tombée, presque par hasard, sur Downton Abbey. Au premier abord, le synopsis de cette série ainsi que le casting que je ne connaissais pas (à part la célèbre Magie Smith) ne m’enchantaient guère mais, en l’absence d’autres possibilités, j’ai décidé de dépasser mes préjugés et me suis enfin lancée. Je ne le regrette absolument pas aujourd’hui. Depuis maintenant une semaine, il m’est presque impossible de décrocher de mon écran. Visiblement, je ne suis pas la seule. La série Britannique, crée par Julian Fellowes, connaît un succès mondial depuis la diffusion du premier épisode en 2010. Outre son pays d’origine, la Grande-Bretagne, où elle a créée une véritable émulation auprès du public, la série a été regardée par plus de 60 millions de téléspectateurs aux États-Unis, et elle est toujours plébiscité dans l’hexagone.

C’est quoi au juste, Downton Abbey ? Au début des années 1900, la famille aristocrate Crawley mène une existence plus que confortable dans un immense château au nord du Hampshire. Après le triste naufrage du célèbre Titanic, ses membres voient leur vie bouleversée et doivent bientôt affronter la Grande Guerre, la fièvre espagnole et bien d’autres épreuves. Bien plus qu’un simple récit historique, Downton Abbey offre la possibilité de (re)découvrir les mœurs de l’aristocratie britannique du XXe siècle balbutiant, avec ses coutumes désopilantes et ce qu’elles engendrent comme responsabilités. Des histoires d’amour, scandaleuses pour l’époque, naissent au fil de l’histoire et les avancés technologiques forcent les habitants du château à évoluer bien malgré eux. En ce qui me concerne, le vrai petit plus de cette série est la mise en lumière des domestiques. Encore très présents dans les familles aisées du siècle dernier, ils sont aussi importants que leurs maîtres (même s’ils n’ont pas des conditions de vie identiques). Chaque personnage a une histoire à raconter et doit affronter ses propres épreuves/démons.

Des personnages pinçants et des décors So British 

Quant aux décors, comment résister à de si beaux paysages ? Le château est une merveille d’architecture et la présence de nombreux parcs, espaces verts… c’est l’exact reflet de ce qu’on peut voir en Grande-Bretagne encore aujourd’hui. Chaque acteur apporte ce petit quelque chose qui le rend vite très attachant et qui crée une addiction à cette série. Je dois quand même avouer que j’ai une petite préférence pour le personnage interprété par Magie Smith, la matriarche, archétype de la bourgeoise pète-sec qui se révèle souvent très drôle. Il y a cependant une mauvaise nouvelle (oui il y en a toujours une..) : la série s’est achevée à la fin de l’année mais, pas de panique, cinq saisons ont été produites et si vous devenez vraiment accro, vous pourrez toujours les revisionner à volonté !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire